BDM SA : Le SYNABEF exige la régularisation de Mme Kané Djeneba Sall avant fin avril

Suite à l’affaire qui oppose le directeur général de la BDM SA, M. Bréhima Amadou Haïdara  à  Mme Kané Djeneba Sall, le syndicat national des banques assurances,  micro finances établissements financiers et commerces du Mali (SYNABEF) a décidé de prendre ses responsabilités. L’organisation syndicale   exige à ce que la bonne dame soit remise dans ses droits avant la fin de ce mois d’avril. C’était lors d’un point de presse, le lundi 27 avril 2021, au siège du  SYNABEF.

Le Syndicat national des banques assurances, micro finances établissements financiers et commerces du Mali (SYNABEF) s’engage à ne pas baisser les bras face à « l’abus de pouvoir » du directeur général de la BDM SA, Bréhima Amadou Haïdara contre une femme « innocente » en la personne de Mme Kané Djeneba Sall.

Selon cette organisation syndicale, le directeur général de la BDM SA n’est pas à sa première fois d’essayer de licencier un employé « abusivement ».

Concernant Mme Kané Djeneba Sall, le SYNABEF a expliqué  que le directeur, pour parvenir à la licencier,  la  reprochait  d’avoir fait des retraits sur le  compte d’un client. Un compte auquel elle est d’ailleurs la bonne Dame est mandataire.  A leur  croire, le directeur et ses complices sont allés jusqu’à faire du « faux » et « usage de faux » en rédigeant au nom du client concerné, un courrier qui  signale et dénonce l’opération de   Mme Kané Djeneba Sall, sur son compte  sans son avale.

Chose que les syndicalistes ont démenti en présentant une lettre du titulaire du compte aux USA, dans laquelle l’intéressé précise avoir mandatée Mme Kané Djeneba Sall à faire des opérations sur son compte. Pis, cette lettre dénonce selon les syndicalistes, la rédaction et la signature d’un document en son nom par la direction de la BDM SA afin de nuire à Mme Kané Djeneba Sall.

Il faut rappeler que cette  affaire de retrait sur le compte d’un client  survient après une première qui signalait  un manque de près de 40 millions de franc CFA dans le coffre de la directrice de l’agence BDM SA de Missira.

En effet, dame était en grossesse et devait aller en congés pour l’accouchement, le 1er décembre 2019, mais la BDM l’avait obligé à rester dix jours de plus, selon le SYNABEF, pour motif de ne avoir son remplaçant.

Sachant qu’elle partait en congé, selon le SYNABEF, Mme avait fait tous ses arrêtés de compte le 29 novembre 2019, en présence de la directrice adjointe conformément à la procédure de passation. C’est durant cette période que  Mme Kané a subi un accident qui la   conduira  à l’urgence de la clinique Pasteur, selon le SYNABEF, pour une opération afin de sauver son enfant.

Mais le plus grave  est que c’est dans son lit de convalescence que le contrôleur est passé récupérer les clés  pour ensuite ouvrir, sans la présence d’un huissier ou de la directrice adjointe,  le coffre de Mme Kané. Une chose qui est  inadmissible dans le secteur de la Banque, puisque le contrôleur dit constater un manque de près de 40 millions de franc CFA alors que les arrêtés de compte étaient toutes bonnes.

Mais, de Janvier 2020 à aujourd’hui, cette affaire resta lettre morte, selon le SYNABEF, du fait  qu’elle était infondée. C’est pourquoi, cette première échouée, il fallait trouver d’autres moyens pour nuire à la dame selon ce Syndicat.

Pour sa part, le SYNABEF précise que « nous ne sommes pas ici pour démonter ou déshabiller un homme en tant que tel, non loin sans faux », mais « pour dénoncer juste des faits et cela sans jugement de valeur ».

Selon le secrétaire général du SYNABEF, Hamadoun Bah, « nous avons l’obligation de défendre nos militants où qu’ils se trouvent » et d’ajouter que « chaque travailleur cotise pour le SYNABEF 500Fcfa/mois. Ces travailleurs le font sans contrainte et sans obligation. Ils e font parce qu’ils ont confiance, parce qu’ils savent que quand la cause est juste, nous fonçons jusqu’à la victoire finale ».

M. Bah a ensuite regretté que le DG de la BDM ait pu mettre dans sa poche le comité syndical de la BDM. Par ailleurs, il  n’a manqué de  préciser que les employés de cette banque peuvent porter leur  confiance au SYNABEF pour revendication de leurs droits.

Pour conclure il a invité le DG de la BDM sa, non moins  premier responsable de l’APBEF à remettre Mme Kané dans ses droits avant fin avril.

Issa Djiguiba

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :