A LA UNENATIONSOCIETE

Retour de la paix et de la cohésion sociale au centre du Mali : Ce que souhaitent les chasseurs !

À Dandoly, un village situé à une quinzaine de kilomètres de Bandiagara, une rencontre entre chasseurs « dozo » s’est récemment tenue. Il s’agissait de parler de la situation d’insécurité dans le  pays, et singulièrement le dépôt des armes par les chasseurs, voire  la signature d’un accord entre eux et les djihadistes. À l’issue de ladite assise, des décisions « catégoriques » prises ont été annoncées par Youssouf Toloba, non moins  chef d’État-major de Danna Ambassagou.

« Des chasseurs sont venus de Tominian, de Ségou, Niono, Koutiala et d’autres localités pour cette assise. Nous nous étions réunis afin de voir comment la paix et l’entente puissent revenir dans le pays », ces propos sont de Chef d’État-major de la milice autodéfense du pays dogon. Lors de cette réunion informe Youssouf Toloba, beaucoup de choses ont été dites. Toute chose qui, a-t-il rapporté, traduit la volonté des ‘’dozo’’ (chasseurs) d’avoir la paix dans toutes les localités touchées. « Il faut qu’on ait de solution à cette situation d’insécurité. Des interventions ont été faites lors de cette rencontre, et les chasseurs, venus de Ségou et d’autres localités ont échangé sur ceci : comment aider les forces de défense et de sécurité malienne  à mener cette lutte contre les forces du mal », a-t-il ajouté. Le chef d’État-major de Danna Ambassagou tenait, pour la circonstance, à affirmer que des localités qui n’étaient pas occupées l’ont été cette année par des djihadistes. De Tominian à Koutiala passant par d’autres localités, indique-t-il, elles sont toutes en train d’être malheureusement occupées par les djihadistes. Forts de ces constats, les uns (chasseurs) et les autres ont, à l’issue de la présente assise, été encouragés à aller travailler afin qu’il y ait la paix dans le pays.

Ce n’est pas parce que les chasseurs aiment le conflit qu’ils se battent, les autorités doivent d’ailleurs savoir que les ‘’dozo’’ sont en train de les appuyer, a confié le porte-voix des participants de la rencontre. Et de faire une mise en garde : « Que les autorités cessent l’accord qu’elles sont en train de faire avec les djihadistes. Qu’elles le laissent simplement tomber ». De son avis, il n’y a pas de Mali, si la population adhère à cet accord. « Que les enseignants, les médecins et les représentants de l’État regagnent maintenant  leurs postes, si la paix et l’entente sont en train de régner grâce à la signature de cet  accord. Mais pourquoi ne viennent-ils pas toujours ? », S’interroge M. Toloba qui ajoute : «  Et pourquoi les militaires qui ont fui les localités ne se retournent-ils pas non plus, si ledit accord amène la paix dans les localités concernées ? ». Non, ces accords qu’ils sont en train de signer sont faits sur la base des mensonges, rien que du mensonge, révèle le chef des chasseurs. Et d’être on ne peut plus clair : « Que tout le monde sache, si les dozo doivent déposer les armes, les djihadistes aussi doivent le faire. De ce fait, les dozo et les djihadistes vont s’asseoir pour échanger. Mais tant que les djihadistes détiennent les armes, il est hors de question que les chasseurs se désarment aussi », prévient-il. Pour clarifier davantage la position des chasseurs, Youssouf Toloba a été catégorique : « Que toutes les autorités comprennent cette position. Telle est notre idéologique, et c’est ce qui a été dit à tout le monde lors de la présente rencontre. De concert, c’est ce que tous les chasseurs ont décidé ».

Aussi, a-t-il énoncé que les signataires sachent qu’il n’y a pas d’accord dans des localités indiquées. Il se dit préoccuper du sort des agriculteurs des zones où les accords ont été signés. Youssouf Toloba dit pressentir qu’il pourrait avoir de problème cette année, lorsque les pluies vont commencer  à tomber dans des localités où l’accord est signé. L’année dernière, plus de 40 civils  ont été froidement tués pendant la même période par des djihadistes. C’étaient de simples civils qui étaient partis aux champs pour des semis. Et de déplorer que les djihadistes parlent de paix, alors qu’ils sont armés. À cet effet, il précisera aux autorités que les chasseurs ne parapheront pas  les soi-disant accords entre chasseurs et djihadistes.

Mamadou Diarra

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Notice: ob_end_flush(): failed to send buffer of zlib output compression (0) in /home/lepaysml/public_html/wp-includes/functions.php on line 5420