Lutte contre la drogue au Mali : 5 tonnes 328 kg de chanvre indien saisies par l’office central des stupéfiants

Dans sa mission de lutte contre le trafic et la consommation de drogue au Mali, l’office central de lutte contre les stupéfiants, a saisi, dans la nuit du samedi 29 au dimanche 30 mai 2021, 5 tonnes 328 kg de chanvre indien, soit 3.373 briques. C’était dans le village de Daba, commune rurale de Tièlè, à une soixantaine de Km de Bamako.

Incontestablement, c’est  la plus grande saisie de l’année, selon les agents de l’office central de lutte contre les stupéfiants. Les deux antennes, notamment de la rive droite et de la rive gauche ont pu mettre la main, lors d’une opération conjointe, sur plus  5 tonnes 328 kg de chanvre indien  composées de 2.806 briques de cannabis et 567 briques de sketch.

Selon les explications  du directeur de l’office central de lutte contre les stupéfiants, le colonel Magistrat, Adama Tounkara, le   sketch est un dérivé du chanvre indien arrivé au Mali, il y’a 2 ou  3 ans.

Cette saisie a été faite à Daba, un village de la commune rurale de Tièlè, situé à près de 60 kilomètre de Bamako.

Selon lui, « depuis 2019, nous avons, suite au changement de mode opératoire, on a constaté que, les drogues n’arrivaient plus en quantité dans le district de Bamako, mais étaient  stockés dans les périphéries » a-t-il souligné.

En effet, le directeur a fait savoir que le village de Daba avait déjà fait l’objet d’une descente des services de l’office central de lutte contre les stupéfiants l’année dernière. Mais selon lui, « malheureusement nous avons trouvé que la cache avait changé. Parce que,  suite à une patrouille de la gendarmerie, ils avaient cessé de stocker les produits à l’intérieur à domicile » a expliqué le directeur comme  raisons de cette délocalisation des stocks hors du village. Il s’est réjoui que  « les informations recueillies ont permis à l’équipe d’identifier et localiser cet espace où a été effectué cette importante  saisie ».

Deux personnes sont concernées dans ce trafic, notamment de Nango Kouroma et Famoussa Kouroma, qui ont tous pris la fuite selon le directeur. Des fugitifs qui sont connus par les services de l’OCS selon le directeur. «  Nango avait été interpelé l’année dernière, mais faute d’avoir suffisamment de preuves, il avait été relâché » a fait savoir M. Tounkara.

Pour sa part,  le chef des opérations estime que cette saisie est le fruit d’un long renseignement.  « ça fait une année qu’on est en train d’organiser une surveillance autours de ce village, parce que, on avait la certitude, avec des renseignements confirmés que le marché de Dabanani et de Bagadadji, dans le district de Bamako étaient servis à partir de ce point-là. » a-t-il indiqué.

Par ailleurs, il a souligné de nombreuses difficultés qu’ils ont rencontré afin d’accéder ce point de dépôt qui était situé à 800 mètres du village. « Il fallait utiliser des coupe-coupe pour débroussailler et laisser un passage pour  arriver au point de dépôt ».

A noter qu’il y a juste quelques mois que  la Douane avait également découvert un dépôt de stupéfiants à Djikoroni Coura (vers Kouremalé). Selon l’OCS, les trafiquants de drogue sont en train de s’adapter au mode opératoire des forces de sécurité pour  d’échapper la maille.

D’après les informations, ces produits viennent du Ghana, passent  par le Burkina avant d’être transportés à motos de la frontière du Burkina à Koutiala et  acheminés ensuite au  village de Daba.

Issa Djiguiba

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :