Pour service rendu à la Nation : 4 lauréats dont Abdou Coulibaly de Siguida Yelen primés par l’association des jeunes premiers du Mali

Pour avoir servi leur pays (le Mali), quatre (4) personnalistes se sont vues décerner des médailles et des attestations de reconnaissance, le vendredi 7 janvier 2022 au Palais de la culture Amadou Hampate Bâ, par l’association des jeunes premiers du Mali (A.J.P.M).

Abdou Coulibaly, président de l’association Siguida Yelen du Mali(A.S.Y.M) ; Amadou Ouattara, maire de la commune V ; Nouhoum Dolo, entrepreneur mécanicien et Mohamed Moctar Haidara, imam domicilié à Yirimadio sont les nominés de l’AJPM, en ce début de l’année 2022.Parrainé par Abdou Coulibaly, l’évènement a été marqué par la fanfare nationale et des prestations artistiques de Djénéba Seck ; Soufi Yaya Traoré ; Djos-Saramani… « Ces lauréats n’ont pas été choisis parce qu’ils ont de l’argent ou qu’ils ont de beaux habits. Ils l’ont été parce qu’ils se sont sacrifiés pour l’État et la population malienne », soutient Lassine Diarra, président de l’association des jeunes premiers du Mali. Dans une salle pleine à craquer, il avoue qu’il est temps que les bienfaiteurs du pays soient encouragés pour leurs œuvres patriotiques et citoyennes. « Ça ne sert à rien d’attendre le décès d’un homme pour expliquer ses bonnes œuvres aux autres. Nous avons vu les actes patriotiques accomplis par chacun de ces lauréats que vous (le public de la salle) voyez », ajoute Lassine Diarra. Et le président d’être encore plus explicite : « Nous sommes au courant des efforts que fournit Abdou Coulibaly de Siguida Yelen, à travers la formation des milliers de femmes en saponification ».

A Niamana, s’explique-t-il, Abdou a construit un marché pour les femmes à des millions. Le président de Siguida Yelen a, témoigne Lassine, construit de mosquées et de dispensaires dans certains lieux du pays, sans compter ce qu’il fait, en catimini, pour des démunis dans un cadre social. Des efforts qui, a-t-il énoncé au public, « méritent d’être salués et récompensés par les maliens ».

Parlant du maire, il estime qu’Amadou Ouattara a le meilleur bilan de l’année parmi les autres. « En cinq (5) ans, Ouattara a pu faire ce qui n’a pas été fait dans la commune depuis 1991 à nos jours, indique Lassine ». Grâce au maire, dit-il, tout le monde a l’envie de s’installer dans des endroits comme les rues 101 et 120 de Badalabougou, la rue 560 de Bacodjicoroni ; la rue 53 de Kalaban ; les rues 333 et 378 de Daoudabougou… Des partenaires lui (maire) ont fait confiance en lui prêtant de milliards. Il a utilisé ces fonds pour des éclairages publics dans la commune, l’eau potable ; des pavés, indique-t-on. Parlant du troisième lauréat (mécanicien Nouhoum Dolo), Lassine rapporte que l’entrepreneur est capable de restaurer toute sorte de voiture électronique, quel que soit l’état de la détérioration. « Je prends l’exemple sur le cas du jeune surnommé Roi 12-12. Ce dernier avait une voiture abîmée, à tel point que les gens lui demandaient de l’amener en Europe ou aux États-Unis pour la réparation. La même voiture circule aujourd’hui grâce à Nouhoum Dolo », martèle le président. Parmi les bienfaits de l’imam Mohamed Moctar Haidara évoqués par Lassine, figure la construction d’une mosquée estimée à une centaine de millions à Yirimadio(Bamako), avec un château d’eau qui ravitaille les habitants.

Emu de joie, le lauréat Abdou Coulibaly, non moins parrain de la cérémonie a été clair : « Je salue et remercie les initiateurs de cet évènement pour leur combat d’identification des hommes et des femmes engagés pour le Mali, des gens qui se sacrifient par des actes humanitaires et le patriotisme ». Le nominé estime que ce décernement sera une source d’inspiration pour d’autres maliens à emboiter le pas aux bénéficiaires des prix qu’ils sont. « Ma désignation parmi les lauréats a été une surprise, parce que j’étais là en tant que parrain. Cela me requinque davantage à servir ma nation », promet l’homme fort de Siguida Yelen qu’annonce que son combat n’est autre chose que « de contribuer au développement local d’un Mali à refonder ». Pour le maire, il ne suffit pas d’être identifié, mais de perpétuer ses actes. « Je suis un homme joyeux et en même temps soucieux, parce que je sens en moi une charge de persévérer sur la même lancée, en maintenant la cadence et en relevant les défis », a-t-il confié. Même si Mohamed Moctar Haidara ne s’est pas exprimé, Nouhoum Dolo quant à lui s’est engagé à redoubler d’efforts afin qu’il soit parmi les prochains lauréats de l’AJPM.

Mamadou Diarra

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :