« Irrégularités » et dépenses « injustifiées » au CSCOM central de Kalaban-Coro : De forts soupçons sur la gestion « opaque » du bureau sortant de l’ASACOKA !

Non-transparence dans la gestion des ressources ; construction de bâtiment sans autorisation ; gestion unilatérale et clandestine de la structure par quelques responsables, des manquants s’élevant à plus de 44 millions F CFA sont, entre autres, faits décriés suite à l’audit portant sur la gestion 2017, 2018 et 2019 du CSCOM central de Kalaban-Coro. Dans un rapport publié, de forts soupçons demeurent en cours sur la gestion de l’Association de santé communautaire (ASACOKA) par les membres du bureau sortant.

Dans ce rapport d’audit, il ressort que des manquants estimés à 44.651.585 F CFA ont été décelés suite à la gestion de l’Association de santé communautaire de Kalaban-Coro. Ces révélations portent sur la gestion de 2017, 2018 et 2019 du Cscom. Dans ce rapport dont nous disposons une copie, il est indiqué que l’audit a été fait suite à une réunion conjointe datant du 2 novembre 2019.Laquelle a été tenue par les membres du Conseil d’Administration (CA) et ceux du comité de surveillance (CS) du Cscom. Courant ladite réunion, écrit-on, de forts soupçons ont été émis « sur la mauvaise gestion des ressources du Cscom, notamment l’acquisition d’une ambulance, celle d’une ventouse (matériel pour accouchement), en plus du projet de construction d’un bâtiment dans la cour par le Président du CA et le Trésorier général sans l’autorisation de l’Assemblée générale ». Ainsi, il a été alors demandé de procéder à un contrôle approfondi et étendu à toutes les unités de production, en vue de confirmer ou infirmer lesdits soupçons. À cet effet, les travaux de contrôle ou de l’audit ont commencé le 26 janvier pour prendre fin le 30 septembre 2020. Ce rapport, composé de plus de 30 pages, indique que le Cscom central a pu noter des recettes estimées à 38 249 770 F CFA en 2017. Durant la même période, indique-t-on, les dépenses effectuées étaient estimées à 24 501 800 F. L’écart existant entre les recettes et les dépenses effectuées en 2017 se chiffre à 13 747 970 F CFA, souligne le rapport. Quant à la gestion de 2018, les recettes notées s’élèvent à 52 656 140 F CFA. Courant la même période, les dépenses effectuées s’élevaient à 44 425 200 F CFA. A cet effet, poursuit-on, l’écart existant est de 8 230 940 F CFA. Pour ce qui est la gestion 2019 du Cscom, le document révèle que les recettes enregistrées s’élevaient à 68 183 705 F CFA. Quant aux dépenses effectuées, énonce-t-on, elles sont estimées à 35 783 205 F CFA. L’écart se trouvant entre les recettes et les dépenses de 2019 s’élève à 32 400 500 F CFA. Alors que les recettes cumulées durant les trois années (2017,2018 et 2019) sont chiffrées à 159 089 615 F, les dépenses effectuées sont chiffrées à 104 710 205 F. L’écart existant est 54 379 410 F, ressort-on. « Au 31 décembre 2019, les recettes globales s’élevaient à 159 089 615 F CFA. Pendant la même période, les dépenses se sont chiffrées à 104 710 205 F. Il en résulte un solde théorique de 54 379 410 F CFA qui devrait, en principe, se trouver dans les comptes bancaires du Cscom ». « Cependant, au 31 décembre 2019, le montant total relevé dans les 4 comptes dont dispose le Cscom s’élevait à 10 054 825 F CFA. Il s’ensuit un manquant de 44 288 585 F CFA qui devrait être justifié par le trésorier général et son adjoint », lit-on dans le rapport.

Gestion clanique du Cscom central depuis des années!

Des sources dignes de foi, l’ASACOKA de Kalaban-Coro se trouve dirigé par quelques responsables, en lieu et place d’un bureau de plus de 25 membres. Cela, alors que conformément aux normes, la structure doit être collégialement administrée par une Assemblée générale (organe de délibération) ; un conseil d’Administration (CA) ; un comité de surveillance (CS). Mais beaucoup de membres ont été marginalisés. Pourtant, les membres des différents organes sont élus pour 5 ans. Le bureau sortant dont il est question a été mis en place en 2017. A la place de 27 membres du bureau, annonce-t-on, le Cscom aurait été dirigé, durant tout ce temps jusqu’à nos jours, par quelques personnes dont le Président sortant, le trésorier général et son adjoint. Aussi, souligne-t-on, il y a présentement des doutes concernant les sommes d’argent englouties dans les travaux de construction de la chambre du gardien du Cscom ; le dallage de la cour ; l’entretien de la voie quittant le Cscom pour la gendarmerie de Kalaban-Coro (36 millions F CFA)… De nos jours, certains membres demandent, en vain, l’audit sur la gestion du bureau sortant concernant 2020, 2021 et 2022. Cela, afin de savoir comment les ressources ont été gérées. Ce n’est pas tout. De grosses difficultés se posent concernant le renouvellement du bureau sortant, en dépit de l’annonce de sa démission. Malgré la mise en place, depuis le 26 septembre 2022, d’une commission de gestion, la situation n’a pas bougé d’un iota. Des membres du bureau sortant seraient en train de poursuivre avec le recouvrement à la place de la commission provisoire chargée de ce travail, indique une source. Cependant, il sied de rappeler que lors de la dernière assemblée générale, vouée à l’échec en septembre 2022 et visant à renouveler le bureau contesté, les membres dudit bureau ont tenté de justifier les dépenses effectuées durant leur mandat. Le Procès-verbal, dressé à cette occasion met l’accent sur beaucoup de choses.

Mamadou Diarra

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Notice: ob_end_flush(): failed to send buffer of zlib output compression (0) in /home/lepaysml/public_html/wp-includes/functions.php on line 5279