Tribunal de grande instance de la Commune IV du district de Bamako : Liberté provisoire accordée à Ras Bath

Après plus d’un mois de détention à la maison centrale d’arrêt (MCA) de Bamako, Mohamed Youssouf Bathily alias Ras Bath, non moins porte-parole du collectif pour le développement de la République (CDR) a finalement bénéficié de la liberté provisoire, hier mardi 15 juin 2021. En la matière, des détails ont été donnés par Boubacar Yalkoué, membre influent du CDR et collaborateur du Ras Bath.

Suite à une plainte des deux corporations syndicales de magistrats (SAM et SYLIMA), le porte-parole du CDR a été, le 7 mai dernier, placé sous mandat de dépôt par le tribunal de grande instance de la commune IV du district de Bamako. Pour la sortie du chroniqueur de la prison, un travail préalable a été bien fait. Ainsi, l’obtention de cette liberté provisoirement acquise a nécessité plusieurs démarches de la part des militants du CDR et alliés. En tout cas, c’est ce que confirme Boubacar Yalkoué. Ravi de la nouvelle, M. Yalcoué a d’abord confié que rien ne vaut que la liberté d’une personne. « Le sentiment qui m’anime aujourd’hui est le sentiment de joie. Parce que la liberté est la meilleure des choses dans la vie pour plusieurs raisons », a-t-il fait savoir. Même si les militants du CDR n’ont pas été dans les rues pour protester contre ladite détention, Boubacar Yalkoué révèle qu’ils n’ont pas, depuis le début de cette affaire jusqu’à l’accord de cette liberté, baissé les bras. « Cela fait un mois que nous sommes en train de nous battre afin que Ras Bath puisse recouvrer cette liberté. Parce qu’il a été là-bas suite à une plainte du syndicat autonome des magistrats(SAM) et du syndicat libre des magistrats(SYLIMA) », a-il-indiqué, ajoutant que ce travail a été mené depuis le jour où Ras Bath a été placé sous mandat de dépôt.

« Depuis le jour de son placement sous mandat de dépôt jusqu’à nos jours, nous avons travaillé d’arrache-pied afin que nous puissions bénéficier de cette liberté provisoire, en entendant le jour de son jugement prévu pour le 4 août prochain », a-t-il martelé. Ainsi, ce sont les différentes démarches menées par le CDR et alliés qui ont pu aboutir à l’octroi de cette liberté provisoire. Dieu merci, dit-il, les démarches menées depuis le jour de son emprisonnement jusqu’à nos jours ont vraiment payé aujourd’hui. Parlant en tant membre influent du mouvement, M. Yalkoué nous fait part que les membres du CDR ont, dans cette même affaire, échangé avec plusieurs personnalités du pays. Ce, à propos des raisons pour lesquelles Mohamed Youssouf Bathily a été détenu à la MCA. Parmi lesquelles personnalités figurent certaines de la magistrature. Sans ambages, le fidèle compagnon de Ras Bath avoue qu’ils (membres de CDR) ont tiré beaucoup d’enseignements dans la présente affaire. Mettant l’occasion à profit, il tient à rassurer que le porte-parole du CDR et ses compagnons ne renonceront pas à leur combat. « C’est pour dire aux gens que notre vision n’est rien d’autre que de nous battre pour l’émergence de ce pays. Ce travail, promet Yalkoué, nous allons continuer à le faire ».Contrairement aux allégations distillées sur les réseaux sociaux, il tient à confirmer que cette liberté a été possible grâce aux démarches qu’eux (membres du CDR) et leurs alliés ont entreprises. « C’est nous qui avons mené toutes ces démarches afin qu’il soit libre aujourd’hui. Ce sont des démarches que nous avons entreprises avec les magistrats afin qu’on se comprenne, et nous nous sommes compris », a-t-il dit, poursuivant en ces termes : « Tout ce que nous avons eu comme résultat aujourd’hui c’est suite à nos propres efforts que nous avons investi en tant que CDR. Il y a Abdoul Niang qui a aussi pesé de tout son poids dans cette affaire à travers son association ‘’Faso ni Dambé’’ ». Pour finir, Boubacar Yalkoué rapporte qu’il n’y a aucune restriction judicaire dans cette liberté provisoire. De ce fait, dira-t-il, Ras Bath est libre de ses mouvements et de faire ses émissions. Puis de finir par remercier les deux syndicats des magistrats pour leur indulgence, les conseils de Ras Bath à savoir : Me. Kassoum Tapo et Me Abdourahamane Touré, et de démentir tout information laissant croire au monde que cette liberté a été obtenue grâce à l’entremise du politicard Issa Kaou Djim.

Mamadou Diarra

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :