Pour appartenance à un réseau d’offre de service rémunéré pour la prostitution juvénile et des femmes mariées : des personnes interpellées par le parquet de la commune IV

A cœur de la ville des trois caïmans (Bamako), un réseau de proxénétisme et de prostitution juvénile vient d’être décelé, en commune IV. S’agissant, peut-on le dire, d’une horde de femmes et des hommes qui cherchent de frics à travers des filles mineures, des majeures, et même des femmes mariées.

Que de faits insolites au cœur de Bamako, capitale malienne. Avec l’avènement de la démocratie, la violation des normes coutumières devient de plus en plus récurrente, voire une chose simple comme de l’eau à boire. Dans ce pays où les gens se suicidaient, par le passé, à cause d’un adultère, la prostitution et le proxénétisme sont presqu’un moyen pour certains de pouvoir se faire de sous. Tel est le cas de ce qui vient de se passer en commune IV du district de Bamako. Dans une note publiée, hier mardi 26 octobre, le procureur du tribunal de grande instance de la commune IV de Bamako, en l’occurrence Idrissa Touré, a fait part de l’arrestation de plusieurs personnes. Ils des présumés coupables impliqués dans un réseau de proxénétisme et de prostitution. Des faits ou comportements qualifiés d’attentatoires aux bonnes mœurs du Mali. « Dans le cadre de la lutte contre la dépravation de nos mœurs, les enquêtes ouvertes au niveau du commissariat de police du 5ème Arrondissement se poursuivent. Ce qui a conduit à l’interpellation et à l’audition de certaines personnes, dont le nommé Adama Djan et des jeunes dames », a-t-il écrit sur sa page Facebook.

Connu pour son combat et sa détermination pour la préservation des bonnes mœurs du pays, le procureur Idrissa Touré a également annoncé que des groupes de proxénètes et de prostitutions organisés ont été découverts. « Sur dénonciations, des groupes WhatsApp de proxénètes et de prostitutions organisées sur fond d’exploitation sexuelle ont été infiltrés par les agents du commissariat de police du 5ème Arrondissement. Ce qui a permis l’interpellation de plusieurs personnes confondues dans la commission des faits reprochés, notamment l’offre rémunérée du service sexuel organisée autour des filles mineures, des majeures, et mêmes des femmes mariées », précise le procureur de la République. Et de rassurer les maliens que deux(2) groupes « ont pu être démantelés pour le moment ».Il poursuit en clarifiant que les présumés coupables ont été placés en garde à vue par les éléments de police. « On ne pourra probablement pas éradiquer le phénomène, mais on le fera au moins reculer. Ceux qui s’y adonnent le feront en tant que cachés désormais, et non plus jamais ouvertement et publiquement…», a-t-on appris de la source.

Mamadou Diarra

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :