Litige foncier dans le cercle de Kati : Les populations de Sirakoro Niaré demandent la restitution de « leur terre »

Dans le bras de fer qui les oppose à la localité de N’Téguédo-Niaré autour d’une propriété d’une superficie de 400 hectares, les populations Sirakoro-Niaré, dans le cercle de Kati ont animé le samedi 23 octobre dernier, un point de presse à Baco-Djicoroni derrière le Centre secondaire d’État Civil dudit quartier. L’objectif était de solliciter l’aide des autorités et réclamer justice pour la restitution de « leur terre ».

L’affaire foncière qui oppose deux village voisins situés dans le cercle de Kati, en occurrence Sirakoro-Niaré et N’Téguédo-Niaré depuis 2019, s’intensifie au jour le jour. Cette affaire vivement tendue entre les deux localités, tourne autour d’une propriété d’une superficie de 400 hectares à laquelle les populations de Sirakoro-Niaré se réclament être le propriétaire. Ce point a été animé par le porte-parole du village de Sirakoro Niaré, Drissa Niaré.

Faisant la genèse de ce litige foncier, le conférencier a indiqué qu’une « fausse procuration » a été établit par « un certain Michel prétendu » être mandaté par le Chef du village de Sirakoro Niaré « dans une procédure en confirmation de droit de propriété initiée par le village de N’Téguédo Niaré contre Sirakoro-Niaré », alors que selon le porte-parole Drissa Niaré, le Chef de village qu’il prétendait représenter, ne vivait pas au moment des différentes procédures. « le Chef de village de Sirakoro Niaré, Adama Niaré est décédé le 14 juin 2019 lors que la procédure en confirmation de l’affaire a été initiée le 15 juillet 2019 », a-t-il indiqué. Par ailleurs, indique-t-il, une plainte a été porté contre Michel Niaré pour « faux et usages de faux ».

En outre, Drissa Niaré indique les populations de Sirakoro Niaré qu’il représente ont été victimes d’une agression physique avec des balles réelles orchestrée par le camp adverse. Il a par ailleurs, déploré des tirs à balles réelles occasionnant la blessure de six personnes de leur village. Par ailleurs, le porte-parole demande, au nom de sa localité, aux autorités et la justice malienne de jouer pleinement leur partition afin. De mettre la lumière sur cette affaire. Les populations de Sirakoro Niaré, selon leur porte-parole, Drissa, demandent la restitution pire et simple de « leur terre », dit-il, estimée à une superficie de 400 hectares.

Ibrahim Djitteye

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :