Insécurité au Mali : Au moins 527 civils tués, blessés ou enlevés entre avril et juin 2021

Selon la note trimestrielle de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA), plus de 527 personnes ont été tuées, blessées ou enlevées/disparues au Mali entre avril et juin 2021. Le taux a augmenté par rapport de plus de 25% par rapport au premier trimestre au cours duquel 425 personnes ont été tuées, blessées ou enlevées.

160 personnes tuées ; 220 personnes enlevées ou portées disparues ; 147 blessés. C’est le bilan de l’insécurité au Mali entre avril et juin derniers, selon la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) qui affirme que les personnes tuées constituent « la catégorie ayant enregistré la plus forte augmentation (49%) ». Selon la Minusma, près de 220 personnes ont été enlevées ou disparues alors que 147 ont été blessées. Le bilan du second trimestre dépasse de 25% celui du premier. « Au total, entre avril et juin de cette année, au moins 527 civils ont été tués, blessés ou enlevés/disparus. Il s’agit d’une augmentation globale de plus de 25% par rapport au premier trimestre (421), a indiqué la Mission onusienne dans sa note trimestrielle sur les tendances des violations et abus de droits de l’homme au Mali », a-t-on lu sur la page Facebook de la Minusma. La note indique que le deuxième trimestre de l’année a été marqué par « une hausse du nombre de civils affectés par les violations et atteintes aux droits de l’homme et au droit international humanitaire ». Les principaux actes de violence contre les civils et leurs biens ont été commis dans les cercles de Bandiagara, Douentza, Djenne, Koro, Mopti, Niono et Ségou (50%), ainsi que dans ceux de Ansongo et Gao (15%), précise-t-on.

A en croire la Minusma, les groupes terroristes le Jama’at nusrat al-Islam wal Muslimin (JNIM), l’État Islamique dans le Grand Sahara (EIGS) et autres groupes similaires ont « tué, blessé ou enlevé plus de la moitié des victimes enregistrées sur l’ensemble du territoire ». Ces groupes, selon la note, sont à la base de l’enlèvement de 156 personnes.

Selon la Minusma, les violences commises par les milices d’autodéfense ont baissé. «Le nombre de civils tués, blessés et enlevés dans le cadre de violences intercommunautaires impliquant des milices et des groupes d’autodéfense a connu une légère baisse au cours du second trimestre (107), en comparaison avec le premier trimestre (121) », a-t-on précisé dans la note qui indique qu’au moins 22 civils ont été tués, 11 ont été blessés et 54 ont été enlevés  dans les cercles de Douentza, Ségou, Bandiagara, Djenne, Niono Mopti, Ségou et Sikasso.

Boureima Guindo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :