Innovation au Mali : Un jeune de 22 ans conçoit une voiture qui porte son nom « Meminta »

C’est dans le journal télévisé de la chaine de télévision nationale (ORTM) que les Maliens ont fait la découverte de Mahamadou Meminta, un jeune malien inventeur amateur qui a su parfaitement concevoir une voiture qui porte son nom de famille « Meminta ». Fabriquée sur la base assemblage de pièces de véhicules en fer, le projet a duré 9 mois pour voir le jour tout comme un nouveau-né.

A 22 ans à peine, le jeune Mahamadou Meminta était déjà un amateur de bricolage depuis tout petit comme bon nombre d’enfants. Mais à la différence des autres, Mahamadou Meminta n’a pas abandonné ce bricolage des petites voitures en bois et fer. Aujourd’hui, il a pu mettre au point un assemblage de pièces de véhicules en fer qui marche parfaitement bien comme une voiture normale. Mieux, avec une télécommande pour contrôler le véhicule à distance. Une révolution technologique qui peut bien servir l’industrie automobile mondiale, selon le génie. « Même sans chauffeur, je peux conduire ma voiture à l’aide de la télécommande » a-t-il indiqué.

Fait uniquement pour deux passagers, la nouvelle marque malienne « Meminta » est conçue avec un moteur de tricycle (15cm3), avec toutes les commodités d’une voiture normale. Les phares et les clignotants marches tous très bien et sans aucun problème. En rigolant, le jeune Bozo a prévenu que si la voiture ressemblait à un poisson, ça ne doit étonner. En tout cas, diplômé en Economie et Gestion de la faculté des Sciences Juridiques et Economique de Bamako Meminta est fier de son talent de pouvoir transformer sa création comme il veut. « Ce qui m’encourage, c’est du fait que je peux tout faire sur ma voiture » a-t-il indiqué avant d’ajouter « même si je veux, il va pousser les ailes et tenter de décoller ». Conçue en neuf mois pour le début, Mahamadou Meminta est parvenu, avec ses maigres moyens, de réduire le réassemblage d’une deuxième voiture en cinq mois.

Très ému, Mahamadou Meminta a dédié cette création à l’ensemble de la population Malienne comme pour inviter tout le monde à le soutenir et accompagner dans cette aventure des grands.

Ça c’est l’œuvre d’un petit bozo sur terre après avoir abandonné les activités aquatiques. Que va-t-il devenir lorsqu’il va découvrir la vie sur la colline ?

Issa Djiguiba

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :