Force conjointe du G5 sahel : Le Mali met fin à l’engagement des FAMa

Après l’annonce, le 15 mai dernier, de son retrait de toutes les instances du G5 sahel, le Mali vient de mettre fin à travers la décision n°00431/Cemga/S-CEM/OPS du 13 juin 2022 à l’engagement des personnels Forces armées maliennes (FAMa) au sein de la force conjointe. Ce désengagement prouve que le Mali n’est plus prêt à revenir sur sa décision, comme l’avait souhaité le Tchad.

« Le gouvernement du Mali décide de se retirer de tous les organes et instances du G5 Sahel, y compris la Force conjointe » avait déclaré, le 15 mai dernier, le gouvernement malien.

Cette décision a été prise, selon les autorités de la transition, suite aux violations des traités fondateurs de l’organisation, à la politique de deux poids deux mesures et aux ingérences extérieures hostiles à l’égard d’un État membre fondateur. A travers la décision n°00431/Cemga/S-CEM/OPS du 13 juin 2022, le Mali vient de mettre sa menace à exécution. « Dans le cadre de la mise en œuvre de la décision politique, j’ai l’honneur de vous faire part de la décision qui met fin à l’engagement des personnels maliens en service au sein des fuseaux Ouest et Centre pour compter du 30 juin 2022 », précise la lettre du chef d’État-major général des armées du Mali, adressée au commandant de la force conjointe du G5 Sahel. Il a indiqué que les dispositions sont en cours pour rapatrier les personnels concernés dans les délais requis.

En ce qui concerne les personnels en service au Pciat de la force conjointe du G5 Sahel, le chef d’État-major général des armées du Mali précise que « leur désengagement prend effet à compter du 30 juin 2022 avec une reprise de service dans leurs armées et services à compter du 1er juillet 2022 ».

Il faut rappeler qu’à la suite de l’annonce par le Mali de son retrait de toutes les instances du G5 Sahel, y compris de la force conjointe, le président en exercice de l’organisation régionale, le général Mahamat Idriss Deby Itno, a invité les autorités maliennes à reconsidérer leur décision. Le retrait des personnels FAMa de la force conjointe du G5 Sahel explique clairement que les autorités maliennes ont rejeté les sollicitations du président tchadien.

Avec le retrait total du Mali, l’avenir de cette organisation est incertain.

Boureima Guindo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :