Expulsion du journaliste de ‘’Jeune-Afrique’’ : La Maison de la presse du Mali condamne la décision

Dans un communiqué publié ce mardi 08 février 2022, ‘’ Jeune Afrique’’ (un magazine français) a fait savoir que Benjamin Roger, le journaliste français a été expulsé par les autorités maliennes. Pour avoir reçu la note d’expulsion du journaliste, ’Jeune Afrique’’ a dénoncé ladite décision, indiquant qu’elle est « infondée et nuit à la liberté d’accéder à l’information ».

D’après les informations données par Jeune-Afrique, Benjamin Roger, avait pénétré sur le territoire malien, dans la nuit du 06 février. L’organe précise que le journaliste était  muni d’un visa en règle et « sans dissimuler » sa profession. A cet effet, la Direction de Jeune-Afrique dit « condamner» cette décision prise par les autorités maliennes de procéder à l’expulsion de son envoyé spécial, Benjamin Roger. « Arrivé à Bamako dans la nuit du 06 au 07 février, Benjamin Roger a été interpellé à son hôtel par la police, ce lundi 07 février vers 11 heures », déplore le média. Puis d’expliquer comment M. Roger a été chassé : « Conduit dans les locaux de la Brigade d’investigation judiciaire, où il a été interrogé puis dans ceux de la Police de l’Air et des frontières, où son expulsion lui a été signifiée ».

Suite à l’interpellation suivie de l’expulsion du journaliste, la Maison de la Presse du Mali a réagi. Avec à sa tête Bandiougou Danté, la Maison de la presse dit « condamner » cette expulsion. Profitant de cette occasion, elle a appelé  tous les journalistes en particulier les correspondants de presse étrangère « aux respects des lois et procédures normales du pays ».Aussi, la Maison de la presse a invité les autorités de la transition à demeurer « prudentes » dans la prise des décisions pouvant contribuer à davantage  tenir l’image du Mali, dans ce contexte « particulièrement délicat » pour la nation. Dans un tweet publié ce mardi 8 février, Benjamin Roger a encouragé ses confrères qui sont au Mali de continuer à faire leur travail avec « professionnalisme », malgré « les pressions des autorités ». Cependant, il convient de rappeler qu’aucun journaliste de la presse internationale n’a été expulsé ces dernières années au Mali. Toutefois, en fin janvier, le gouvernement de la transition malien a notifié qu’un nouveau processus d’accréditation allait être mis en place. Une accréditation d’ailleurs jugée indispensable pour pouvoir venir travailler au Mali, sous le compte d’un média international.

Cette expulsion survient dans un contexte de tensions entre Paris et Bamako. Alors que la présence française au Sahel est remise en question, les autorités Bamako ont expulsé, en date du31 janvier, l’Ambassadeur de France au Mali, en l’occurrence Joël Meyer. Ce qui a entrainé le durcissement des relations entre les deux pays.

Kadidiatou Diarra, stagiaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :