CNDDR : Le bilan de Zahabi Ould Sidi Mohamed

Appelé à faire valoir ses droits dans d’autres missions, notamment aux nations Unies, l’ancien ministre Malien Zahabi Ould Sidi Mohamed a cédé sa place à la tête de la Commission Nationale Désarmement, Démobilisation et Réinsertion CNDDR. Il a rendu son rapport de fin de mission le lundi 17 mai 2022. Pour l’ancien ministre, le bilan de la CNDDR est une partie de l’exécution de la mise en œuvre de l’Accord d’Alger.

Exécutant le volet défense et Sécurité de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation Nationale issu du processus d’Alger, le bilan de la Commission Nationale, désarmement, Démobilisation et Réinsertion (CNDDR) est une partie de l’exécution de la mise en œuvre de l’accord de paix. C’est du moins, ce qu’a affirmé, Zahabi Ould Sidi Mohamed,  lors de la présentation de son rapport de fin de mission, le lundi. A noter qu’en plus du volet défense et sécurité, l’accord pour la paix avait également un volet politique et institutionnel, un volet humanitaire et un volet développement. En ce qui concerne le volet défense et sécurité, notamment à travers la CNDDR, l’ancien président Zahabi ould Sidi Mohamed, s’est réjoui des avancées notoires.  Il a cité entre autres, le rétablissement de la confiance entre tous les Maliens pour mener des discutions franches autours des problèmes qui les divisent, la mise en place de certaines initiatives comme l’armée reconstituée déployée actuellement dans certaines régions du nord, la question de quota au DDR qui est restée, selon lui, longtemps un point de blocage du processus ainsi que l’autre point non négligeable qui concerne  l’enregistrement de tous les ex-combattants de la crise du nord. Un  enregistrement qui se chiffre à près de 74 00 ex-combattants dont 26 000 ont été enregistré avec des armes et d’autres avec des munitions. Une action majeure qui a permis de savoir le nombre de combattant réellement éligibles au sens des normes et des standards  internationaux  sur le DDR, (26 000 ex-combattants). Selon lui, grâce à l’engagement et la détermination du gouvernement de transition, le consensus a été fait sur un premier quota d’intégration de près de 13 000 ex-combattants au sein des différents corps de l’Etat. .  Pour l’heure, 1700 ex-combattants  ont également rejoint la nouvelle armée reconstituée. Mais Zahabi Ould Sidi Mohamed a signalé que le DDR est un processus sur la durée qui demande souvent trop de  temps. A ses dires, le processus  de finalisation de l’intégration de 13 000 ex-combattants est en cours, mais a-t-il  rassuré que des dispositions ne manqueront  pas pour gérer l’autre moitié des 26 000 ex-combattants.

Par ailleurs, l’ancien ministre a tenu à  rappeler  que ce bilan qu’il vient de présenter n’est pas à lui seul, mais du gouvernement et de  toute la commission. Pour finir, il a  rassuré du choix de son successeur qui pourra bien  continuer l’énorme chantier de la paix et de la réconciliation balisé  par les plus hautes autorités du Mali.

Issa Djiguiba

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :