Ventes illicites de terrains, gestion opaque et mise en location de certains logements sociaux à N’Tabacoro : L’ODDL réclame la tête de Sékou Demba

Avec l’actuel DG de l’OMH (Office malien de l’Habitat), Sékou Demba, les représentants des bénéficiaires crient à une « gestion opaque » et « illégale » des logements sociaux de N’Tabacoro. Lors de leur rencontre d’échanges tenus, samedi 11 décembre 2021, les présidents des comités de gestion, le chef de quartier et les responsables de l’ODDL se sont adressés, via la presse, aux plus hautes autorités en réclamant la démission du DG.

« Il existe trois(3) comités de gestion pour ces logements. Le 4ème est en gestation. Cette cérémonie est une rencontre d’échange et de partage d’informations sur ce qui se passe présentement à N’Tabacoro », rapporte Salif Togola, coordinateur général des comités de gestion des logements sociaux de N’Tabacoro. Il rappelait, pour cette occasion, que les membres des comités sont les représentants « légitimes et légaux » des bénéficiaires de logements. Parce qu’ils sont désignés par les bénéficiaires eux-mêmes à l’issue d’une assemblée générale. Aussi, ajoute-t-il, les comités sont reconnus par un récépissé fourni par les autorités. La 1ère vague des logements sociaux de N’Tabacoro, offerte en 2009, est défendue par les membres du 1er comité. Cette vague comporte 740 logements. La 2ème vague est, quant à elle, composée de 1180 logements. Et la 3ème vague défendue par le 3ème comité comporte 2052 logements, souligne le coordinateur. Contrairement aux membres de ces comités habilités à défendre les intérêts des occupants, Salif Togola dit regretter de constater que certaines associations se permettent d’animer des débats radiophoniques et autres en disant qu’elles parlent au nom des bénéficiaires. Les comités de gestion ont pour mission de jouer le rôle d’interface entre les autorités et les bénéficiaires, voire de veiller sur le respect strict des règles de conduites prévues dans les cahiers de charges. Et d’être précis : « Les membres de comités ont travaillé avec tous les autres directeurs de l’OMH sans problème. Mais l’actuel DG qui est Sékou Demba ne veut pas du tout nous voir. Cela est dû au fait que nous nous sommes opposés à la vente des espaces réservés pour les équipements publics : écoles, mosquées, centres de santé communautaire… », Déclare Salif.

Des logements vendus à des étrangers !

Pour le coordinateur Ousmane Maiga, l’OMH ; la marie et certains bénéficiaires sont devenus des problèmes à N’Tabacoro. L’OMH ne répond plus aux lettres des comités de gestion. Pire, dénonce, M. Maiga, « l’OMH est en train de vendre nos parcelles et même des espaces publics à des gens. En tant que coordinateur du 3ème comité de gestion, je suis devant la justice pour une affaire de vente d’un espace destiné à la construction d’un CSCOM. On trouve la signature de l’actuel DG de l’OMH sur les dossiers de la vente de l’endroit ».Il faut que les gens comprennent que c’est l’OMH qui est le maitre d’ouvrage de ces logements. C’est lui qui gère tout. Ce n’est ni l’Etat, ni la mairie qui les gère, clarifie Ousmane qui sollicite la démission « pure et simple de l’actuel DG de l’OMH ».Au lieu donc de trouver des solutions aux problèmes, c’est le même Office qui vend les espaces publics, s’est-il indigné avant d’ajouter : « C’est là où on ne comprend plus rien. C’est l’OMH qui délivre des autorisations de construire aux gens ». « C’est l’inapplication des textes qui pose problème aujourd’hui. Nous demandons à l’OMH d’appliquer les textes. Ici à N’Tabacoro, des logements sont donnés à des gens qui n’en ont pas besoin. Certains occupants ne sont pas en train de payer leurs loyers. Ils ont voulu donner ces logements à certaines personnes qui l’ont mis en location. Nous avons ces problèmes », renchérit Moussa Mandjou Touré, président de l’Organisation des droits de défense aux logements du Mali(ODDL). Aujourd’hui, dit-il, « on a constaté la vente de certains logements à certains agents de la MINUSMA, pendant qu’il y a des Maliens qui souffrent et qui en ont besoin. Où est-ce qu’on va finalement ? », S’interroge Moussa. Que le colonel Assimi Goita ait un regard sur ce département, parce que les choses ne se passent pas comme prévu, indique-t-il. Puis d’ajouter : « La plus part de ces logements de N’Tabacoro sont en location. Il y en a qui paient 100.000F chaque mois. Nous sommes au courant que des logements ont été donnés à la famille de certains religieux qui combattent la transition aujourd’hui ». « Bref, nous demandons simplement la démission du DG Sékou Demba pour incapacité et manque de volonté de résoudre nos problèmes. Ce DG n’a aucun respect pour les bénéficiaires », martèle Moussa Mandjou Touré. En tant que frère du chef de quartier, Diakaridia Traoré dit soutenir les présidents des comités de gestion.

Mamadou Diarra

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :