Transition politique : le fétichisme de la durée de la transition

La polémique est née autour de la durée de la transition. La question qui taraude tous les esprits est la crainte de la préalable prolongation de la Transition au-delà des dix-huit mois fixés par la CEDEAO.

Les avis sont partagés selon que l’on appartienne au camp favorable aux militaires ou au camp des proches de l’ancien régime.

Selon moi, cette polémique n’a véritablement pas sa raison d’être.

En raison de la crise multidimensionnelle que connait notre pays depuis plusieurs années, une analyse objective et réaliste de la situation s’impose à nous.

Doit-on gérer cette transition dans la précipitation pour maintenir la persistance de la crise ? Où doit-on gérer cette transition dans la lucidité et la responsabilité pour définitivement mettre fin à cette série de crises.

Cette réflexion a son importance dans la mesure où la gestion démocratique du pouvoir depuis Mars 1991 a montré beaucoup de limites.

Le peuple malien a beaucoup souffert des conséquences désastreuses de la mauvaise gouvernance.

Ainsi pour apporter les changements nécessaires pour une meilleure gouvernance, des reformes s’imposent. Parmi ces reformes on peut citer :

  • La rédaction d’une nouvelle constitution conforme à nos us et coutumes pour aller à la 4e République ;
  • La relecture de la charte des partis politique pour normaliser et encadrer les partis politiques ;
  • La relecture de la loi électorale pour y apporter une dose de proportionnelles pour les élections législatives.
  • La création d’un organe unique des élections pour des élections libres et crédibles
  • La finalisation des découpages administratifs.

En plus de ces réformes indispensables, la crise sécuritaire qui sévit dans une grande partie du territoire est un handicap sérieux pour une bonne organisation des élections.

Pour toutes ces raisons, une prolongation de la durée de la transition est indispensable pour éviter les coups d’états à répétition.

Le Mali étant un Etat souverain et indépendant, la résolution de nos problèmes est une affaire interne. L’ingérence d’une organisation sous régionale ou toutes autres organisations est une faiblesse et un manque de cohésion du peuple malien mais surtout de la classe politique.

La classe dirigeante de cette classe politique doit savoir que leur temps est révolu et que le peuple a assez de leur forfaiture.

Pour cela, elle doit arrêter le plan machiavélique de sabotage de la transition qu’elle est entrain de mettre en place. En ce qui concerne la question de la nouvelle constitution nous avons recensé quelques insuffisances de notre constitution et des modifications à apporter :

  1. Le mode de désignation des membres de la cour constitutionnelle.
  2. Le pouvoir exorbitant de la cour constitutionnelle.
  3. Le pouvoir excessif du président de la République.
  4. La Haute cour de justice : il faut mettre fin à l’immunité et aux privilèges accordés ceux parlementaires et aux Ministres.
  5. Le Haut Conseil des Collectivités
  6. Le Conseil Economique, Social et Culturel.
  7. La Création de la Cour des Comptes
  8. La révision du délai fixé pour le 2e tour des élections présidentielles et pour l’élection présidentielle en cas d’un intérim par le Président de l’Assemblée Nationale.

Il est clair que la nécessité de prolonger la durée de la Transition s’impose pour les maliens qui ont soif de paix, de stabilité et du bonheur du Mali et des Maliens.

Certains dirigeants politiques doivent mettre de côté leur égoïsme personnel et que nous créons une union sacrée pour sauver la patrie en danger.

Bamako, le 12 Juillet 2021

Yacouba COULIBALY

Administrateur des postes à la retraite

Bamako

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :