Nouhoum Togo lors du lancement de son parti, l’USR : « Nous voulons d’un Mali que nous connaissons, celui qui nous ressemble, un Mali qui préserve notre dignité »

Le samedi 10 juillet 2021 s’est tenu, à l’hôtel Radisson Blu, le lancement du parti politique de Nouhoum Togo appelé USR (Union pour la sauvegarde de la République). C’était en présence des représentants des partis politiques et des associations.

Un nouveau parti politique entre dans la danse, et arrive sur la chaîne politique.  Il s’agit du parti l’Union pour la Sauvegarde de la République. Un parti qui, dès le départ, veut se baser sur les coutumes et mœurs du Mali. C’est un parti qui est constitué non seulement des Maliens de l’intérieur mais aussi des Maliens de l’extérieur, tous travaillant pour le bonheur du Mali.

Le secrétaire général de l’USR, Sékou Ba, explique le choix de la date du 10 juillet pour le lancement de cette formation politique. « Cette date du 10 juillet est l’historique car elle marque la mort de 14 manifestants, tous de sexe masculin dont deux enfants lors des manifestations pacifiques organisées les 10, 11 et 12 juillet 2020 par le mouvement du 5 juin rassemblement des forces patriotique pour exiger la démission de l’ancien président Ibrahim Boubacar Keita et de son régime, et réclamer le changement du système dans la gouvernance du Mali », a laissé entendre Sékou Ba. Selon lui, la création de ce parti est l’aboutissement d’un long processus qui a démarré il y’a plus d’une année en se basant sur la charte de kourganfouga.

A en croire le secrétaire général de l’USR, les valeurs de son parti sont : la connaissance de soi la dignité et le respect de la parole donné. Quant à ses objectifs, ils sont, entre autres, la conquête et l’exercice du pouvoir conformément à son option politique ; la promotion des valeurs traditionnelles stipulées dans la charte du kourganfouga ; le maintien et l’entretien des bonnes mœurs pour assurer le plein épanouissement social collectif et individuel ; la restauration  et le  sauvegarde  d’une part les liens socio-traditionnelles notamment le sinagouya (cousinage à plaisanterie) le diatigiya (l’hospitalité) ; œuvrer au respect et au renforcement de l’intégralité et de l’intégration  africaine.

 « Pour atteindre ces objectifs, l’USR utilisera toutes les stratégies politiques légales, pour y parvenir avec des activités planifier qui seront appliquées selon une méthodologie adaptée, dont la validation sera faite dans un bref délai par ces organes légalement constitué. Une activité far sera l’installation des différentes structures du parti dans tout le Mali et à l’extérieur du Mali » laisse entendre Sékou Ba.

Pour sa part, la représentante de la diaspora, Sara Camara se dit être fière et ravie, car, dit-elle, après tant d’années de souffrance de mal gouvernance, l’espoir renaît pour un Mali coura. Pour elle, l’USR est un parti où toutes les décisions sont prises en écoutant les militants partout où ils sont. Elle a, par la suite, loué les qualités de Nouhoum Togo. « L’USR a choisi un homme moderne, un homme transparent comme président du parti. Il est humble ; il écoute ; il joint l’acte à la parole », a-t-elle laissé entendre. Pour elle, « USR prône un Mali uni dans une Afrique épanoui et tend la main à tous les Maliens qu’il existe une solution pour le Mali ».

Quant à Nouhoum Togo, président du parti de l’USR, il a indiqué que  le paysage politique vient de s’agrandir avec l’arrivée du nouveau parti politique, et cela après un long combat. « Nous restons persuadé que cette initiative ne peut aucunement être considérée comme l’avènement d’un parti politique de position, je réponds non. Nous allons jouer notre participation et nous allons nous battre pour relever le défi de l’honneur et de la dignité », a-t-il laissé entendre. Pour lui, l’objectif recherché est de proposer le parti du Mali au Maliens. « Pour atteindre cela, il faudra se battre pour l’union de tous les fils de notre Mali. Chers militants, si nous ne nous levons pas pour sauver notre pays, notre dignité et notre intégrité sont en jeu. Si nous n’appliquons pas la charte de kourganfouga reconstitué, la démocratie de notre pays va sombrer » explique le président de l’USR. Ainsi, il a appelé les Maliens à l’union. « Réveillons-nous chers Maliens et inspirons-nous des autres pays pour se dire qu’on peut réaliser ce qu’ils réalisent dans leur pays car si nous disons qu’un autre pays est bon à vivre, sachons qu’ils ont travaillé, qu’ils se sont donnés corps et âme pour que leur pays puisse avancer. Alors Donnons-nous corps et âme aussi pour faire sortir le pays de cette difficulté. Et nous vous rappelons que notre parti est d’accord pour la création de l’organe unique pour que l’élection puisse se faire dans la démocratie », a-t-il sollicité.

Il finit en remerciant tous les militants et militantes de l’USR, les Maliens de la diaspora et toutes ces personnes qui, de près ou de loin, ont contribué à la création de l’USR.

Les représentants des parti politiques, pour leur part, souhaitent un bon vent à l’USR. Tous ont salué Nouhoum Togo pour son combat pour le Mali.

Tiombè Adéline Tolofoudié

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :