Tenue d’activités sur des questions régaliennes sans consultation des autorités maliennes : L’ONG « Promédiation » rappelée à l’ordre

Le gouvernement malien, dans un communiqué le mercredi dernier, s’est offusqué contre les organisations étrangères gouvernementales et non gouvernementales qui, avec des formations politiques et des organisations de la société civile malienne, tiennent des activités sur des questions régaliennes « sans accord ni consultation préalable des autorités nationales ». L’ONG Promédiation est rappelée à l’ordre sur la question.

Pendant que le gouvernement malien se bat à bras le corps pour la tenue des Assises nationales de la Refondation, d’autres organisations internationales gouvernementales ou non, organisent des activités sur des questions régaliennes avec des formations politiques et des organisations de la société civile du Mali. Le gouvernement du Mali, frustré de ne pas être consulté par ces genres d’activités, s’est révolté.

L’ONG Promédiation est une de ces structures qui sont dans ces pratiques dénoncées par les autorités maliennes. « C’est le cas d’une ONG dénommée « Promédiation » qui envisage une rencontre dite de ‘’concertation des partis politiques, la société civile et les mouvements armés sur la gouvernance électorale’’ pour les 11 et 12 novembre, alors qu’un Atelier national tenu les 4 et 5 novembre 2021 vient de valider un avant-projet de loi instituant une nouvelle gouvernance électorale », a rappelé le gouvernement malien dans son communiqué. L’ONG Promédiation est-elle dans la provocation ? Dans le sabotage des actions du gouvernement ? Ou est-elle en train de soutenir les initiatives du gouvernement malien ? On ne saurait le dire pour l’instant. Mais le gouvernement n’a pas apprécié la démarche solitaire de cette organisation. « Le gouvernement de la République du Mali condamne de telles initiatives qui sont de nature à obstruer le processus national de reformes globales de l’État en cours pour lequel d’ailleurs des organes de facilitation et d’organisation ont été mis en place par les autorités du pays, en l’occurrence, le Panel des Hautes personnalités et la commission nationale d’organisation des Assises nationales de la Refondation », a indiqué le gouvernement.

Les autorités maliennes ont ainsi invité les organisations étrangères gouvernementales et non gouvernementales à mettre fin à de telles pratiques et à inscrire leurs actions dans le strict respect des règles et principes consacrés par les accords de et conventions auxquels elles ont souscrit.

Rappelons que tout cela intervient à un moment où la classe politique et les organisations de la société sont divisées sur la question de la participation aux Assises nationales de la Refondation.

Boureima Guindo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :