Reprise du pouvoir par l’ex-CNSP : Certaines organisations politiques et de la société civile sur pied de guerre

Des groupements politiques dont l’EPM, l’Espérance Nouvelle Jigiya Kura, le PDES et des organisations de la société civile dont le mouvement Sauvons la Démocratie des Putschistes, les Forces Nouvelles, les Sentinelles de la Démocratie ont condamné le coup de force du colonel Assimi Goïta et ont appelé à une transition civile.

Même si la page de Bah N’daw est déjà tournée, surtout avec le constat de la vacance du pouvoir par la Cour constitutionnelle qui a déclaré le colonel Assimi Goïta comme président de la Transition, des organisations politiques et de la société civile sont sur pied de guerre. Dans leur déclaration publiée, le samedi dernier, l’EPM, l’Espérance Nouvelle Jigiya Kura, le PDES, le mouvement Sauvons la Démocratie des Putschistes, les Forces Nouvelles, les Sentinelles de la Démocratie ont condamné « toute prise du pouvoir par la force ». Ces groupements ont également dénoncé « la rupture unilatérale du processus de la Transition politique et civile en cours dans notre pays ». Aussi, ont-ils exigé la poursuite de la Transition par des autorités civiles, et ce, dans le strict respect des délais de 18 mois. Poulo, Treta et consorts ont exprimé, dans leur communiqué, une gestion consensuelle et inclusive de la Transition politique et civile. Ces regroupements sont-ils favorables à une sanction internationale contre le Mali ? On ne saurait le dire, mais ils disent « Saluer les efforts de la communauté internationale (CEDEAO, UA, ONU, UE…) en vue du retour rapide du Mali à l’ordre constitutionnel normal, conformément à la Constitution et à la Charte de la Transition ». Pourtant, le Mali est menacé de sanction par ces organisations internationales.

Les nouveaux opposants aux autorités transitoires ont invité, dans leur communiqué, tous les patriotes et démocrates à une large concertation pour préserver les acquis démocratiques dans notre pays. « Les Partis, Mouvements et Associations s’engagent sans relâche à rester vigilants pour assurer la veille citoyenne pour le salut public », ont indiqué l’EPM, l’Espérance Nouvelle Jigiya Kura, le PDES, le mouvement Sauvons la Démocratie des Putschistes, les Forces Nouvelles, les Sentinelles de la Démocratie dans leur communiqué.

Par ailleurs, le colonel Assimi Goïta avait déjà rencontré la classe politique et avait déjà expliqué les raisons du coup de force contre Bah N’daw.

Boureima Guindo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :