Le secrétaire général du comité syndical de la BSIC, Dianguina Alikaou Diarra : « C’est une grève de deux syndicalistes qui en veulent aujourd’hui au premier responsable de leur banque »

Dans un entretien le secrétaire général du comité syndical de le Banque Sahelo-saharienne pour l’investissement et le commerce (BSIC), Dianguina Alikaou Diarra a expliqué les raisons de la non-participation de son comité au mouvement de grève déclenché par le Syndicat national des banques, assurances, établissements financiers et commerce du Mali (SYNABEF).

Selon lui, le comté syndical de la BSIC a décidé de se désolidariser cette grève du SYNABEF parce qu’il y a beaucoup de division au sein du syndicat alors que pour déclencher un mouvement de grève il faut au moins l’adhésion de toutes les parties prenantes.

Et de poursuivre que depuis le départ de Aguibou Bouaré de la tête du SYNABEF, l’organisation est devenue un instrument de pression pour certains responsables syndicaux qui en font ce qu’ils veulent. « Actuellement Bah est le secrétaire général intérimaire après le départ de Bouaré. Les textes prévoyaient que lorsque le secrétaire général quitte il faut tenir obligatoirement un congrès. Mais, compte tenu de la situation, nous avons convenu que Bah assure l’intérim. Comment peut-on comprendre que l’un des secrétaires généraux adjoint a décidé de ne pas observer cette grève », a-t-il martelé.

A ses dires, le syndicalisme doit fédérer les énergies pour faire aboutir les préoccupations des militants. A ce titre, il dira que Bah n’incarne pas cet homme. « C’est la plus nulle des grèves que le SYNABEF n’a jamais déclenché », a-t-il fait savoir.

Par rapport au point revendication relatif au départ du Directeur général de la BDM-Sa, il a précisé que le comité syndical de cette banque n’ont jamais demandé le départ de leur directeur donc ce n’est pas au SYNABEF de formuler cette revendication. « Normalement ce sont les travailleurs de la BDM-Sa qui doivent saisir la centrale pour dénoncer les agissements de leur directeur et demander son départ », a-t-il renchéri.

A le croire, le secrétaire général intérimaire du SYNABEF est en train de substituer aux responsables syndicaux de la BDM-Sa ce qui viole, en principe, les textes de l’Union nationale des travailleurs du Mali (Untm). Avant de dénoncer le silence de Aguibou Bouaré et Yacouba Katilé dans la gestion de cette crise qui secoue le secteur bancaire. « Je pense que le syndicalisme ce n’est pas comme la politique. Aujourd’hui nos syndicats sont est fortement politisés », a déploré le secrétaire général du comité syndical de la BSIC.

Raison pour laquelle, poursuit-il, le syndicat de la BSIC a décidé de se désolidariser de cette grève. S’y ajoute la situation très précaire de notre pays ainsi que la situation de certaines institutions bancaires de la place. « Ils peuvent aller en grève parce que c’est un droit mais à la BSIC nous avons décidé de ne pas observer le mot d’ordre. Nous estimons que c’est une grève deux syndicalistes qui en veulent aujourd’hui au premier responsable de leur banque notamment Fatoumata Sangho et Mamadou Diaby qui ont pourtant pris part aux différentes négociations », a déclaré M. Diarra.

A l’entendre depuis qu’il a commencé le moment syndical, il n’y a jamais eu une telle tractation lors des négociations comme si les négociateurs de la partie syndicale faisaient tout pour faire échouer les négociations en voulant imposer leur agenda personnel.

Mama PAGA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :