La transition étend le périmètre de sa chasse à l’homme : L’épouse de Moctar Ouane aussi mise en résidence surveillée

L’information nous est parvenue hier vers 14h 05mn. L’épouse de l’ancien premier ministre Moctar Ouane a, elle aussi, été mise en résidence surveillée.  Elle l’a su hier, dans l’après-midi lorsqu’elle s’apprêtait à quitter le domicile, sis à la cité du Niger, pour son service.

« L’épouse de notre frère, ancien PM, Madame Ouane Sophie Traoré, vient d’être informée qu’elle est en résidence surveillée au moment où elle s’apprêtait à se rendre au service. Donc pas libre de ses mouvements. Elle est notaire. Les raisons ne sont pas connues car les militaires qui se trouvent devant le domicile de Mocatr Ouane n’ont rien avancé comme motif », nous informe une source proche de la famille de l’ancien PM.

La question que l’on se pose, pourquoi une telle restriction sur elle alors qu’elle n’a pas occupé une fonction de l’État ?

La même source nous révèle que les téléphones de l’anciens PM ne lui ont pas été restitués : « Lorsque notre frère a été libéré, les militaires voulaient le garder à la base en même temps que l’ancien président de la transition qui s’y trouve jusqu’à présent. Mais, Ouane n’a pas accepté. C’est ainsi qu’il a été autorisé à rentrer chez lui sans ses deux téléphones qui se trouvent toujours entre les mains de ses geôliers. On ne sait pas aussi les motifs de cela ».

Le vendre dernier, nous avons titré, à la UNE de notre parution la détention en résidence surveillée de l’ancien PM et expliqué comment cela est arrivé.

Qu’est ce qui explique une telle attitude vis à vis d’un homme qui n’est pas politique ?

Les militaires ont-ils peur qu’il parle, c’est à dire donner sa version des événements qui ont conduit à sa contrainte à la démission ?

Ouane est un diplomate de renommée. Ont-ils peur qu’il mette au parfum son carnet d’adresse sur l’état de santé de la transition ?

En tout cas, au regard de l’évolution des événements, l’entourage de Moctar Ouane pense que les militaires veulent le garder en résidence surveillée jusqu’à la fin de la transition.

La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :