Kango dans le cercle de Ségou : Les habitants sous une menace terroriste

Les habitants du village de Kango, dans la commune rurale de N’Koumandougou, cercle de Ségou, vivent le calvaire à cause des terroristes. Selon la Luciole Mali, un site web spécialisé sur les questions sécuritaires, les terroristes ont emporté, samedi dernier, 40 sacs d’oignon, 10 sacs de mil, 08 sacs de riz, 15 sacs de gombo, 25 ânes, 12 charrettes, 4 motos, 4 vélos et une somme de 320000 F CFA des habitants de ce village.

Selon plusieurs sources locales, 46 personnes en partance à la foire hebdomadaire de Dougabougou ont été enlevées à deux (2) kilomètres du village par un groupe djihadiste. «46 habitants : 25 femmes et 21 hommes de notre village (Kango) ont été enlevés à 2 kilomètres du village alors qu’ils partaient à la foire hebdomadaire de Dougabougou », a-t-on appris. Les femmes, au nombre de 25, précise notre source, ont été immédiatement relâchées après leur rapt. Par contre, argumente la même source, certains des 21 hommes ont été frappés par les forces du mal qui seraient même de la localité. Bandits ou terroristes ? On ne saurait le dire, ces forces du mal ont de 40 sacs d’oignon, 10 sacs de mil, 08 sacs de riz, 15 sacs de gombo, 25 ânes, 12 charrettes, 4 motos, 4 vélos et une somme de 320000 F CFA appartenant aux 46 personnes qu’ils avaient enlevées.

Les djihadistes exigent à Kango la signature de l’accord

Selon un habitant du village que nous avons contacté, Kango subit la pression des djihadistes parce qu’il a refusé de signer « l’accord » que notre interlocuteur qualifie de « complicité ».

 « Les djihadistes demandent à notre village de signer un accord avec eux », relève cet habitant de Kango qui ajoute « pour moi, c’est un accord de complicité, car ils souhaitent que nos collaborions avec eux, ne les dénoncions pas quand l’armée malienne est à leur recherche… ». Tels sont les propos d’un habitant de Kango rapportés par le site la Luciole Mali.

Joint par nos soins hier dimanche 26 septembre 2021, dans la matinée, un jeune du village affirme que les djihadistes menacent de tout faire pour obtenir de ce village la signature de l’accord. « Ils demandent de choisir entre l’accord et de quitter le village », nous révèle notre interlocuteur qui précise que « quitter le village nous arrangerait plus que la signature d’un accord avec ces gens, car ils ne vous laisseront jamais. Même si vous signez ce document, ils vous demanderont la collaboration ».

B. Guindo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :