Centre du Mali : Dogon et Peulh prônent le retour de la paix et du vivre ensemble

A l’occasion de la sixième édition du festival culturel  Ogobagna qui s’est ouverte le lundi 22 mars dernier à Bamako, le studio Tamani a profité de la présence de toutes les communautés du centre du Mali à ce festival pour lancer le débat du conflit dit « intercommunautaire ». Les représentants des associations Tapital pulaaku et Ginna Dogon invités, ont  invité l’Etat et tous les acteurs des deux communautés à urgemment prendre leurs responsabilités afin travailler au retour de la paix et du vivre ensemble.

Lors de  ce grand débat délocalisé pour la circonstance  à la berge du fleuve Niger, le président de l’association Tapital pulaaku, Abou Sow, et le représentant de Ginna Dogon, Amadou Aguimé Guindo,   ont tous évoqué leur incompréhension face à ce différend entre les communautés qui ont toujours vécues ensemble.

 « Moi personnellement, je ne sais pas pourquoi ce conflit. Depuis que j’ai pris connaissance, je n’avais jamais entendu que les Peulhs et les Dogons sont en querelle » a indiqué le président de Tapital pulaaku, Abou Sow. Selon lui, les interprétations et amalgames ont fait croire à certains que tous les peulhs sont des djihadistes, alors que les Peuhls ont été ceux qui ont le  plus souffert par cette question de djihadisme. A l’en croire, l’heure n’est plus au  procès des uns et des autres, mais de réfléchir sur comment sortir de cette crise.

Amadou Aguimé Guindo, représentant de  l’association Ginna Dogon, trouve que  c’est plutôt l’abandon des valeurs traditionnelles  qui a causé la flambée de cette crise au centre. Selon lui, les traditions  avaient prévu des  mesures pour non seulement éviter de tel problème, mais également de trouver une solution urgente afin de gérer d’éventuels différents entre la population. Des méthodes qui, toujours, ont eu un impact positif.

A ce niveau encore, il a  souligné que l’hébergement des individus étrangers par la population rend  difficile la gestion de cette crise. Pour lui, aucune famille ne pouvait héberger un étranger chez lui, sans que le chef de village et ses conseillers ne soient au courant autrefois, mais  aujourd’hui, selon lui,  chacune des parties cache délibérément des  étrangers dont les intentions sont méconnues.

Si les représentants des deux communautés ne savent pas les causes exactes  de ce conflit,  Dr. Aly Tounkara, Écrivain  et Directeur du centre de recherche d’études sécuritaire stratégique au Sahel (CE3S), a entre autre cité l’évolution démographique, la réduction des sites de pâturages et de culture ainsi que  l’absence de l’autorité de l’Etat comme des phénomènes qui ont aggravé cette  situation au centre.

Il estime que  ces  maux ont été exploités   par les forces du mal pour opposer les communautés les unes contre les autres, soit à travers la religion ou l’ethnie. Sinon, selon lui,  les conflits entre éleveurs et agriculteurs sont une tradition non seulement au centre, mais partout au Mali.

C’est pourquoi, selon lui, parallèlement aux projets d’aménagement qui est nécessaire, chaque partie doit  changer son comportement afin de partager ensemble le peu d’espace vital qui est la cause connue de ce conflit.

Par ailleurs, il a souligné que le rôle de la capital Bamako est prépondérant dans la gestion de cette crise. Car, selon lui, c’est à Bamako et dans d’autres grandes villes que les ressortissants de cette région du centre  financent et entretiennent le conflit.

Pour conclure, toutes les parties du  débat ont invité l’Etat et les différents  acteurs à s’impliquer davantage pour trouver une solution à cette situation qui commence à prendre d’autres  proportions inquiétantes.

Issa Djiguiba

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :