10ème conférence nationale de l’URD : Les décisions prises

La validation des rapports d’activités 2020-2021 du bureau exécutif national ; l’intégration de certains cadres dont Mamadou Igor Diarra dans le bureau exécutif national ; l’autorisation des pourparlers concernant la possible fusion de l’APR de Oumar Ibrahim Touré, et du RTD de Ahmed Sow à l’URD…sont, entre autres les décisions prises par la 10ème conférence nationale du parti de feu Soumaïla Cissé.

La 10ème conférence nationale statutaire du parti de la poignée de main a été tenue le samedi dernier. Deux points étaient inscrits à l’ordre du jour : l’adoption du rapport d’activité du Bureau Exécutif National et le remembrement du Parti, suite aux engagements souscrits à l’occasion des adhésions intervenues dans le Parti au cours de cette période.

A l’entame de ses propos, le professeur Salikou Sanogo a d’abord rendu un vibrant hommage à feu Soumaïla Cissé qui, selon lui, s’est battu pour l’URD et pour le Mali. « En effet, depuis 2012, c’est bien la première fois que cette instance du Parti en l’absence de Soumaïla Cissé qui, jusqu’il y a peu, présidait aux destinées de notre Parti. Parti qu’il a dirigé et incarné partout avec maestria », a-t-il déclaré avant d’ajouter : « Ce jour est aussi paradoxalement un jour d’espoir, tant l’homme de là où il nous observe, se réjouit de voir son Parti reprendre sa marche en avant, à travers l’organisation de cette 10ème Conférence Statutaire qui nous vaut d’être réunis, ensemble, aujourd’hui ».

L‘adoption du rapport d’activité du Bureau Exécutif National et le remembrement du Parti, suite aux engagements souscrits à l’occasion des adhésions intervenues dans le Parti au cours de cette période, sont, selon le professeur Salikou Sanogo les 2 seuls points à l’ordre du jour.

Devoir de maintenir le parti débout

Le vice-président de l’URD dit être conscient des difficultés que traverse le parti en ce moment. « Cependant, je ne saurais occulter le fait que, notre Conférence intervient en un temps d’intense bouillonnement et de très forte agitation au sein du Parti », a-t-il indiqué. Et d’ajouter que « si cela peut être perçu sous l’angle d’une certaine vitalité, il faut dire que cela renferme aussi un gros relent de suspicion de toutes natures qui n’épargne presque personne au sein du Parti, y compris votre humble serviteur ». Il a par, la suite, invité les militants et sympathisants de l’URD à la sérénité. Aussi, a-t-il prêché pour l’unité au sein du parti. «Pour la mémoire de Soumaïla Cissé, par respect pour l’immense travail abattu par les militants et les sympathisants du Parti depuis sa création en 2003, nous avons le devoir de maintenir debout ce Parti qui incarne tant l’espoir d’un lendemain meilleur pour le Peuple malien », a-t-il plaidé.

Concernant sa position envers les différents candidats, le professeur Salikou a précisé : « J’ai l’habitude de le dire et je le redis aujourd’hui, Salikou Sanogo est à équidistance de tous les militants du Parti. Je le dis en prenant Dieu à témoin. En ajoutant que mon éthique, ma dignité et mon honneur fort malmenés depuis quelque temps, m’interdisent toute espèce de clanisme. Salikou Sanogo n’est, n’a été, et ne sera l’homme lige de qui que ce soit ».

La transparence promise dans le choix des candidats

Après avoir invité, dans son discours, le Peuple URD à ramener la balle à terre, le vice-président a promis la transparence dans le choix du candidat du parti à la présidentielle. « Tout, absolument tout, se fera dans la transparence sous la supervision et la décision souveraine du Bureau Exécutif National du Parti », a-t-il promis avant de préciser qu’il n’a jamais exclu personne de la gestion du Parti. « Parce que justement, je n’ai pas et n’ai jamais eu la moindre espèce d’agenda », a-t-il précisé.

Selon lui, les sections ont violé, en organisant les primaires, les textes du parti. « Malheureusement, au lieu de se conformer aux termes de ma lettre circulaire, elles se sont pour la plupart, laissées aller à organiser un semblant de primaire alors même que ce concept n’existe nulle part dans nos textes », a précisé le vice-président de l’URD qui a indiqué que le parti a enregistré 10 candidatures enregistrées au niveau du Secrétariat Général du parti. « Par ailleurs, une commission nationale a été mise en place pour proposer un projet de critères qui seront utilisés pour départager les candidats. Il importe de préciser que les critères élaborés par la Commission seront soumis à l’approbation du BEN avant d’être utilisés pour analyser les dossiers de candidature », a ajouté l’ancien ministre.

Le soutien de l’URD à la transition

Le vice-président de l’URD a réitéré le soutien de son parti à la transition. « Je voudrais du haut de cette tribune réaffirmer avec force que l’URD, membre fondateur du Front pour la Sauvegarde de la Démocratie (FSD) et du Mouvement du 5 juin (M5-RFP), se reconnait totalement dans l’orientation et la conduite des actions gouvernementales de la transition. De ce fait, nous ne ménagerons aucun effort pour l’avènement d’un organe unique et indépendant de gestion des élections au Mali », a-t-il déclaré avant d’exhorter les militants du parti à tous les niveaux à une participation massive et constructive aux assises nationales pour la refondation en préparation.

Les décisions prises par la conférence

La 10ème conférence nationale, après des heures de travail, a pris plusieurs décisions. Elles sont, entre autres, la validation des rapports d’activités 2020, 2021 du bureau exécutif national ; l’intégration de certains cadres dont Mamadou Igor Diarra dans le bureau exécutif national ; l’autorisation des pourparlers concernant la possible fusion de l’APR de Oumar Ibrahim Touré, et du RTD de Ahmed Sow à l’URD. La conférence a également demandé au bureau national d’intégrer en son sein les autres nouveaux adhérant dans les secrétariats correspondants aux postes occupés désormais par chacun lors de son adhésion dans les sections respectives.

Concernant les motions proposées par certains cadres, les camps sont divisés. Certains ont accusé le professeur Salikou d’avoir refusé de voter ces motions. Par contre, d’autres estiment que celle concernant l’organisation du congrès extraordinaire le 14 novembre est « inopportune » et « n’est pas prévue » par les textes du parti.

Boureima Guindo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :