Transition au Mali : Le collectif des jeunes patriotes du Mali réclame la prorogation

Des associations et mouvements de jeunes et de femmes, à travers un meeting à la Bourse du travail le vendredi dernier, réclamé la prorogation de la transition en cours au Mali. Ces jeunes estiment que les circonstances actuelles du pays ne permettent pas la tenue d’élections crédibles attendues.

Après le coup d’Etat contre le régime IBK, le 18 aout 2020, les militaires au pouvoir ont promis de respecter les 18 mois de transition exigés, non seulement devant la communauté internationale, mais aussi devant les forces vives de la nation à travers la charte de la transition. Mais ce délai a été interrompu à mi-parcours par le vice-président de l’époque, le colonel Assimi Goïta, également auteur du premier coup-d’ Etat contre IBK.

Investi, lui-même, président de la transition et chef de l’Etat, ce deuxième Coup de force, en moins d’une année, mettra en doute  sa capacité à pouvoir tenir  les élections au délai imparti.

C’est pourquoi d’ailleurs, ses soutiens de Bamako et environs ainsi que la ville garnison de Kati  se sont mobilisés dans un collectif   dit  des jeunes patriotes du Mali. Composé majoritairement de jeunes, ce collectif s’est engagé à réclamer et obtenir la prorogation de la transition.

Quid des observateurs de la communauté internationale et de la classe politique pour  le respect de tenue des élections présidentielles en février 2O22, date indiqué pour la fin de la transition, le collectif des jeunes patriotes du Mali trouve, de son côté que c’est du folklore. S’il estime que la communauté internationale n’a pas de leçon de démocratie à donner au Mali pour plusieurs raisons, ce collectif estime par ailleurs que l’excitation des hommes politiques pour la tenue immédiate des élections est uniquement  pour sauver leur propre peau. Les leaders de ce mouvement indiquent que les hommes politiques maliens veulent que la transition se concentre uniquement sur les élections  en laissant de côté les autres combats qu’elle compte mener à bout, notamment cela lutte contre  la corruption qui implique beaucoup d’homme politiques.

Les motifs de  la prorogation de la transition, selon le collectif des jeunes patriotes du Mali sont, en plus de lutte implacable contre les terroristes financiers, la situation sécuritaire toujours tendue qui ne permet pas tenue des élections sur toute l’étendue du territoire national, le retard dans les réformes politiques et institutionnelles qui sont censées  tourner  définitivement la page aux élections douteuses au Mali etc. donc pour cela, ce collectif pense qu’aucun sacrifice n’est de trop, y compris la suspension de la constitution du 25 février 1992, qui souffre d’énormes lacunes.

Pour leur part, les membres et sympathisants de ce  collectif ont rassuré de tout mettre en œuvre pour soutenir cette transition et de faire face, non seulement aux « politiciens corrompus et non patriotes du Mali », mais aussi à la communauté internationale avec en tête de liste la France, qui selon eux, ne vice que ses intérêts  au lieu des intérêts du peuple e Malien.

Issa Djiguiba

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :