Art & CultureSOCIETE

Promotion et sauvegarde des patrimoines Culturels : Andogoly Guindo fait Citoyen d’honneur de Tombouctou

Le ministre de l’Artisanat, de la Culture, de l’Industrie hôtelière et du Tourisme, M. Andogoly Guindo a été fait citoyen d’honneur de la ville de Tombouctou par les notabilités. C’était en marge de la célébration de la première journée nationale de la souveraineté retrouvée au cours de laquelle le ministre Guindo a représenté le gouvernement pour l’occasion.

Le 14 janvier dernier, les notabilités de la cité des 333 saints ont désigné, le ministre de l’Artisanat, de la Culture, de l’Industrie hôtelière et du Tourisme, M. Andogoly Guindo, citoyen d’honneur de Tombouctou. A cette occasion, le ministre Guindo avait reçu, ce mardi 7 février 2023, les honneurs des ressortissants de Tombouctou à Bamako. Cette forte délégation des ressortissants de Tombouctou qui regroupe l’Association des Ressortissants et Sympathisants de Tombouctou et l’Association des Ressortissants pour le Développement du Cercle de Tombouctou (ARDCT) était conduite par les responsables des deux organisations respectivement, Cheick Moulaye HAIDARA et l’Ambassadeur Mahmoud ARBY.

Les ressortissants de Tombouctou s’étaient rendus chez le ministre Andogoly Guindo pour lui témoigner leur fierté et leur adhésion à sa consécration en tant citoyen d’honneur de la ville légendaire de Tombouctou. « Cette distinction vient comme le couronnement de tous ses efforts en faveur du rayonnement culturel et religieux de la ville de Tombouctou, qui regorge d’immenses potentialités en termes de patrimoine dont les manuscrits anciens, de sites touristiques… », a déclaré la cellule de Communication du département en charge de la Culture.

Outre les responsables des deux organisations (le douanier à la retraite M. Cheick Moulaye HAIDARA et l’Ambassadeur Mahmoud ARBY), l’ancien Ambassadeur du Mali au Sénégal, Moulaye Ali Khalil ASCOFARÉ a aussi rayonné de par sa présence à cette visite des ressortissants de Tombouctou au ministre Andogoly Guindo.

« Il s’agissait de témoigner la reconnaissance de Tombouctou envers un homme qui a beaucoup œuvré pour la sauvegarde de son patrimoine », a indiqué Ambassadeur Moulaye Kalil ASCOFARE, selon la cellule de communication du département.

Par la même occasion, les visiteurs ont chargé le ministre de transmettre aux plus hautes autorités une doléance forte des ressortissants de Tombouctou, à savoir : « inscrire au patrimoine immatériel national puis mondial de lUNESCO le Maouloud de Tombouctou », nous fait savoir notre source. Une autre doléance émis au ministre par les ressortissants de Tombouctou à Bamako était d’« accorder un statut particulier symbolique à la ville de Tombouctou, en faisant la capitale religieuse du Mali », nous apprend notre source.

« La Mecque pour lArabie Saoudite, Marrakech pour le Maroc, Touba pour le Sénégal, Kita pour les Catholiques du Mali… », précise Moulaye Kalil ASCOFARE qui ajoute, s’adressant au ministre : « vous avez le soutien de tout le Mali. La colonisation voilée, cest fini. Les Tombouctiens sont heureux de vous voir (sic)… », rapporte la cellule de communication du ministère de la Culture.

De surcroît, l’Ambassadeur Mahmoud ARBY pense, qu’en plus du classement du Maouloud de Tombouctou dans le patrimoine immatériel national puis mondial de l’UNESCO, un statut particulier pour la ville de Tombouctou serait un symbole fort. Le diplomate malien natif de la cité des 333 saints rêve de voir, un jour, Tombouctou politique du Mali. « Cette désignation va changer le paradigme du développement du Mali. Cest un rêve et il est permis de rêver. Il y a des exemples comme le Nigeria qui a Abuja, le Brésil a, Brasilia, la Côte d’Ivoire a, Yamoussoukro… », a-t-il soutenu.

À son tour, le ministre s’est dit honoré par ce geste « combien » salutaire. Il leur avait aussi témoigné de sa gratitude et de sa reconnaissance. En réponse aux doléances, le ministre Guindo a assuré et promis aux ressortissants qu’il les transmettra aux plus hautes autorités. Il a par ailleurs, instruit les services techniques du département, a-t-on appris, à évaluer la faisabilité de l’inscription du Maouloud de Tombouctou au patrimoine immatériel national.

Ibrahim Djitteye

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Notice: ob_end_flush(): failed to send buffer of zlib output compression (0) in /home/lepaysml/public_html/wp-includes/functions.php on line 5420