M5-RFP Mali Kura : Le but inavoué de la création du nouveau mouvement

Pendant que tout le monde prêche l’union sacrée autour de la nation malade, Mme Sy Kadiatou Sow, Me Mohamed Aly Bathily, Konimba Sidibé, Cheick Oumar Sissoko et Modibo Sidibé créent un nouveau mouvement dénommé ‘’M5-RFP Mali Kura’’. Est-ce un combat pour le Mali ou contre l’actuel Premier ministre ?

En janvier 2022, quelques jours avant l’embargo contre le Mali, ces personnalités politiques, tous anciens membres du Comité stratégique du M5-RFP, se sont désolidarisés de la gouvernance du pays, oubliant que le Premier ministre Choguel Kokalla Maïga a été choisi par le M5.

Combat de personnes. Voilà l’un des problèmes majeurs du Mali. Et malheureusement, certains hommes politiques sont atteints de cette maladie. C’est le cas de certains anciens responsables du M5-RFP qui se battent pour la chute de l’actuel Premier ministre. C’est en tout cas ce que pense Tahirou Bah, membre du M5. «Ces personnes, au lieu d’apporter la plus-value, la valeur ajoutée pour contribuer à sortir le pays de l’ornière, préfèrent s’abstenir à cause des considérations personnelles et personnifiées, dans le seul but de rendre des comptes politiques », a-t-il écrit dans un texte.

« Abattre à tout prix le Premier ministre de la transition, faire de lui le blocage à la réussite de la transition, lui faire porter le chapeau de la mauvaise foi de certains Maliens aux desseins inavoués, le considérer comme un paria aux yeux du président de la transition et briser le duo qui donne espoir au peuple malien. Voilà le projet honteux de certains Maliens dont le projet est tout sauf la réussite de la transition. Certains d’entre eux sont d’ailleurs au service de l’étranger ». Ceci est un passage d’un article que nous écrivions en mai dernier. Et oui. C’est toujours la même situation.

Depuis quelques jours, on entend parler du mouvement M5-Mali Kura. Ce sont encore Mme Sy Kadiatou Sow, Me Mohamed Aly Bathily, Konimba Sidibé, Cheick Oumar Sissoko et Modibo Sidibé qui en sont les responsables. Faut-il faire confiance à ces personnalités ? Non. Voilà les raisons.

D’abord, le cas Cheick Oumar Sissoko. L’ambition de Cheick Oumar Sissoko de devenir Premier ministre n’est cachée à personne. L’envoie de son CV à Kati en est une preuve. Ensuite, après la nomination du Dr Choguel Kokalla Maïga, il a indiqué clairement qu’il n’y a pas eu de consultation avant ladite nomination. Pourtant, le Comité stratégique du M5-RFP a affirmé avoir proposé Dr Choguel Kokalla Maïga comme Premier ministre. Ce n’est pas tout, le cinéaste, selon Abdel Kader Maïga du M5-RFP, a refusé de rencontrer le Premier ministre Choguel Kokalla Maïga après la nomination de ce dernier. En analysant ses propos et faits, on comprend aisément que Cheick Oumar Sissoko n’a pas su digérer la nomination d’un Choguel Kokalla Maïga comme Premier ministre. Pourquoi ? Lui seul a la réponse à cette question.

Quant à Mme Sy Kadiatou Sow, son combat est connu. Entre elle et le Premier ministre Choguel Kokalla Maïga, c’est un problème de leadership. Selon une source proche du Comité stratégique du M5-RFP, Mme Sy Kadiatou Sow avait demandé à être la présidente du Comité stratégique après la nomination de Choguel Kokalla Maïga à la Primature. « Après la nomination du Dr Choguel Kokalla Maïga comme Premier ministre, Mme Sy avait demandé à le remplacer à la présidence du comité stratégique. Nous lui avons demandé de rester à son poste de vice-présidente et diriger les réunions du Comité stratégique. Chose qui ne lui a pas plu », confie un membre du Comité stratégique du M5-RFP à notre rédaction.

Après ces évènements, Mme Sy Kadiatou Sow a profité d’une sortie du Premier ministre sur la démocratie pour régler ses comptes. Comme si cela ne suffisait pas, en début janvier 2022, elle a créé une opposition au sein du M5-RFP contre le Premier ministre,  avec certains de ses camarades partageant son projet. Pourquoi tous ces combats contre celui-là qui donne l’espoir à des millions de Maliens. Elle et ses collaborateurs en ont, seuls, la réponse. Ces derniers temps, elle a claqué la porte du M5-RFP.

Membre de circonstance du Comité stratégique du M5-RFP, c’est ce qu’était devenu Me Mohamed Ali Bathily. A en croire notre source au sein du M5-RFP, Mohamed Ali Bathily s’est fait rare aux réunions du M5-RFP depuis fin 2020. « Depuis fin 2020, Bathily a disparu. Il ne venait pas aux réunions. Quand Bah N’Baw devait recevoir le M5, la délégation l’a trouvé à Koulouba. Bref, on ne le voyait que dans ce genre d’activités », nous confie un autre responsable du Mouvement.

En analysant les différents agissements de ces responsables, on comprend aisément leur plan : affaiblir leur camarade Premier ministre. L’objectif n’est surtout pas la sauvegarde des idéaux du M5. S’ils étaient aussi engagés pour le mouvement, pour ses idéaux, ils pouvaient  dire certaines vérités, rappeler le Premier ministre à l’ordre sans faire du tapage à travers des communiqués et sur des médias.

Face à ces comportements, ces différents responsables ne méritent pas qu’on leur accorde encore de crédit.

B. Guindo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :