Isolement du Mali par la CEDEAO et l’UEMOA : L’Imam Mahmoud Dicko appelle à plus de responsabilité lors des actions de contestation

Comme l’actualité oblige, l’Imam Mahmoud Dicko s’est prononcé sur les sanctions prises contre le Mali par la CEDEAO et l’UEMOA le dimanche dernier à Accra. Une occasion pour lui d’inviter aussi à l’union sacrée de tous afin de résister à cette pression injuste contre le peuple. Par ailleurs, l’imam de Badalabougou a appelé à plus de sagesse et de responsabilité lors des manifestations de protestation.

Tout d’abord, l’imam Mahmoud Dicko a tenu à rappeler à tous les Maliens que « l’heure n’est pas aux manifestations des divergences partisanes » qui opposent les uns et les autres, mais plutôt à l’union sacrée de tous autour de l’essentiel c’est-à-dire le Mali. Mais en tant qu’imam et guide religieux, Mahmoud Dicko a, comme d’habitude, appelé à la résignation et au sens de responsabilité afin de sortir indemne et glorieux de cette crise imposée au Mali depuis plusieurs années. C’est pourquoi, il a invité les Maliens à ne pas se laisser dominer par leur fougue et leur passion lors des prises de décision ou d’autres actions de protestation contre ces sanctions de la CEDEAO contre leur pays. En effet, il a tenu à féliciter et remercier le sang-froid et la main tendue du président de la transition, le colonel Assimi Goïta envers la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) lors de son adresse à la nation après la sanction. Selon lui, cette tempête passera comme toutes les autres que le Mali a connu par le passé. Par ce que, selon lui, le Mali est un grand pays, une nation avec un grand peuple. « Si Dieu le veut, le Mali ne tombera pas, malgré les sanctions de la CEDEAO ou tout autre sanction », a-t-il rassuré. De ce fait estime que les Maliens doivent faire en sorte de pouvoir garder la tête haute et de rehausser l’image de leur pays après cette crise. C’est pourquoi, tout en invitant les Maliens à l’union et à la prière, il a appelé à plus de sagesse lors de toutes les actions contre ces sanctions et les pays voisins du Mali avec certains d’entre qui, on partage des liens séculaires forts. Surtout lors des manifestations de cet après-midi qui doivent être pacifiques. « Je demande aux jeunes de ne rien cassés et de ne rien bruler » a-t-il invité. Aussi, a-t-il tenu à inviter les plus hautes autorités de la transition à plus d’ouverture et de considération envers tous les fils et filles du Mali de quelques bords qu’ils soient. Puisque selon lui, il n’y pas de Malien ennemi du Mali.

Issa Djiguiba

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :