A LA UNEMEDIAS

Intervention de Aminata Cheick Dicko à la tribune des Nations unies : Le CDM engage une plainte pour « diffamation, calomnie et haute trahison »

Réputé pour son combat et son attachement à la défense de l’armée et des autorités de la transition malienne, le collectif pour la Défense des Militaires (CDM) sort ses griffes contre Aminata Cheick Dicko. Cette dame qui, devant le conseil de sécurité de l’ONU, a osé intervenir au nom de la société civile malienne en tenant des propos « désobligeants et attentatoires à l’honneur » des braves soldats maliens.

Sans recevoir aucun mandat et ni l’autorisation des plus hautes autorités du pays, une dame appelée Aminata Cheick Dicko, non moins présidente de l’organisation ‘’Kisal’’ s’est permis, en date du vendredi 27 janvier dernier, d’intervenir au nom de toute la société civile malienne. Ladite intervention a eu lieu devant les membres du Conseil de Sécurité de l’ONU réunis, à cet effet, pour un sommet ou réunion sur le Mali. Profitant de la présence de quasiment toutes les puissances du monde, la dame a tenu des discours contestés non seulement par le chef de la diplomatie malienne, le ministre Abdoulaye Diop, mais aussi par l’ensemble de la société civile malienne. En la matière, des communiqués de condamnation suivis des critiques et des dénonciations ont pullulé. Pour ce qui concerne le Collectif pour la Défense des Militaires, les membres sortent, d’ores et déjà, leurs griffes contre la dame. Dans un communiqué publié le 30 janvier, le CDM fait part de la saisine du tribunal de grande instance de la commune IV de Bamako. Le mouvement dit saisir cette juridiction contre la dame pour « diffamation, calomnie et haute trahison » prévues et punies par le code pénal malien. Suivant l’article 52 du code de procédure pénale, « et vu notre statut de défendre les intérêts des militaires maliens, nous venons, par la présente, porter plainte contre des faits portant atteinte à l’armée malienne ». Lesquels faits ont été instrumentalisés par une certaine Aminata Dicko, présidente de l’organisation ‘’Kisal’’, exprime-t-on. Ainsi, en marge de son sommet tenu courant vendredi 27 janvier 2023 à l’occasion de la réunion du conseil de sécurité de l’ONU sur le Mali, Aminata Dicko s’est permis, selon le CDM, d’usurper le titre honorifique de la société civile malienne pour, déplore le CDM, s’attaquer à l’armée malienne et aux autorités de la transition panafricaine du Mali.

« Dans sa volonté de nous faire dévier de l’essentiel, Aminata Cheick Dicko accuse nos Forces armées de Défense et de Sécurité de viols, d’exactions contre une communauté », souligne-t-on. En clair, les membres du collectif confient vouloir dénoncer avec la dernière rigueur les allégations « mensongères, irresponsables et indignes de la bonne dame ». S’adressant au Procureur de la République près le tribunal de grande instance de la commune IV, le mouvement énonce se réserver le droit de porter plainte contre l’incriminée, en l’occurrence Aminata Cheick Dicko, pour des faits qualifiés de « diffamation, de calomnie et de haute trahison ».Puis d’inviter le procureur à déclencher une poursuite judiciaire contre la dame afin qu’elle apporte des preuves de ce qu’elle a avancé devant les membres du conseil. En tout état de cause, la balle vient d’être mise dans le camp du procureur de la commune IV. Acceptera-t-il de déclencher une poursuite judiciaire ?

Mamadou Diarra

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Notice: ob_end_flush(): failed to send buffer of zlib output compression (0) in /home/lepaysml/public_html/wp-includes/functions.php on line 5349