Centre de prise en charge de la covid-19 du Point G : Le personnel en arrêt de travail depuis hier

Le personnel de la prise en charge de la covid-19 de l’hôpital du Point G observe, depuis hier mardi 14 décembre 2021, un arrêt de travail. Les raisons : protester contre la réduction à 50% de ses primes de garde. Ces agents réclament également le paiement de 4 mois d’arriérés avec l’administration de l’hôpital.

Incroyable mais vrai. Le personnel de la prise en charge de la covid-19 de l’hôpital du Point G n’est pas payé depuis le mois d’août. C’est du moins ce que nous a confié un de ces agents. La preuve : le collectif du personnel a écrit, le 3 décembre dernier, au Directeur général de l’hôpital du Point G pour dénoncer non seulement le retard dans le paiement des primes mais aussi les conditions précaires des agents. Selon ce collectif, les médecins travaillant dans ce centre de prise en charge de la covid-19 sont rémunérés par prime de garde (en raison de 10 000f par garde, les infirmiers à 9 000F et les hygiènes tes à 7 500f). Cette somme bien qu’insignifiante, selon notre interlocuteur, n’est pas payé 4 mois. Ainsi, pour l’amélioration de leur condition de vie et de travail, ces agents ont demandé à l’administration de l’hôpital du Point G un contrat de 6 mois dans un premier temps. « Nous demandons un contrat de travail à partir du mois de décembre d’une durée de 6 mois renouvelable dans lequel nous serons payés mensuellement en lieu place des primes de garde », a sollicité le personnel de la prise en charge de la covid-19 du point G dans sa lettre adressée au directeur général de l’hôpital.

La réduction à 50% des primes de garde suscite la colère du personnel

Pendant que le personnel réclame un contrat de 6 mois au lieu d’être payé par prime de garde, l’administration envisage de réduire à 50% ces mêmes primes. « C’est avec désarroi que nous avons appris par la direction de l’hôpital du point G de la réduction de 50% des primes de garde que nous recevions. Nous avons adressé une lettre à la direction de l’hôpital où nous demandions le payement immédiat des aérés d’août à novembre et un contrat de 6 mois renouvelable à partir de décembre », a déploré le collectif dans une autre lettre adressée au Directeur du Point G qui dit refuser cette façon de faire les choses.

Ce qui a fait plus mal au personnel de la prise en charge de la covid, c’est que la décision de réduction des primes et indemnités a été prise unilatéralement. « On ne nous a jamais fait part bien avant aujourd’hui qu’il y’aurait une réduction de 500/0 et vous le savez monsieur le directeur comme nous la loi n’est pas rétrograde », regrette le personnel qui dénonce la précarité de certains des agents.

Ces agents de santé (médecins, infirmiers…) ont, après avoir dénoncé la mauvaise foi du Directeur général de l’hôpital du Point G à leur encontre, annoncé l’arrêt du travail. « Nous sommes au regret de vous informer que nous ferons un arrêt de travail à partir du mardi 14 décembre à 00h jusqu’à nouvel ordre », a précisé la lettre qui nous a été soumise. Les revendications de ces travailleurs : le payement immédiat des arriérés des primes de garde d’août à novembre au même montant que les mois précédents ; un contrat de travail en bonne et difforme de 6 mois renouvelables à partir de ce mois de décembre conformément à leur première lettre ; l’octroi des primes de risques…

Boureima Guindo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :