Cadre juridique régissant le secteur de la sécurité au Mali : Un site web des textes légaux à la disposition des usagers

L’école de maintien de la paix Alioune Blondin Beye a abrité, le lundi 28 juin 2021, l’atelier de restitution du cadre juridique régissant le secteur de la sécurité au Mali et le lancement officiel de son site web. C’était en présence des représentants du ministère de la sécurité et de la protection civile, du centre pour la gouvernance du secteur de sécurité DCAF Mali, de l’école de maintien de la paix Alioune Blondin Beye ainsi que des partenaires techniques et financiers. 

Après les travaux de restitution du cadre juridique régissant le secteur de la sécurité au Mali, un site web a été mis à la disposition des acteurs de la sécurité et usagers des textes de ce secteur au Mali.

L’initiative a été rendue possible grâce à l’engagent du centre pour la gouvernance du secteur de sécurité DCAF Mali, du ministère de la sécurité et de la protection civile, du comité sectoriel à la RSS, du programme de gouvernance partagé du secteur de la sécurité tout sous l’accompagnement du Royaume du Danemark.

Selon Le directeur général de l’école de maintien de la paix Alioune Blondin Beye, le colonel Souleymane Sangaré, l’utilisation des technologies de l’information est plus qu’une nécessité aujourd’hui. D’ailleurs, il a rappelé l’utilisation de cet outil dans son établissement pour assurer bon nombre de programmes.

Par ailleurs, il a souligné que le centre pour la gouvernance du secteur de sécurité DCAF est un partenaire stratégique pour le secteur de la sécurité en général. « Grâce à la signature de ce partenariat en novembre 2020, entre le centre pour la gouvernance du secteur de sécurité DCAF et l’école de maintien de la paix Alioune Blondin Beye, nous avons eu le plaisir d’accueillir et de co-organiser de multiples activités afin de renforcer et accompagner les reformes du secteur de la sécurité » a-t-il fait savoir avant de rappeler la conférence régionale a été co-organisée entre les deux structures du 17 au 18 mars 2021, sur les meilleurs pratiques en matière de gestion des ressources dans le secteur de la défense et de la sécurité au Burkina Faso, au Mali, en Mauritanie, au Niger et au Tchad, une conférence.

En un mot, il dira que l’approbation des textes légaux régissant le secteur de la sécurité est un enjeu incontournable pour tout acteur qui souhaite lier l’efficacité à la légalité.

Pour le Chef de Bureau du centre pour la gouvernance du secteur de sécurité DCAF Mali : « ce projet est né du constat que sans connaissance des textes légaux, il est difficile d’appliquer et de se conformer au standard nationaux et internationaux en matière de gouvernance démocratique du secteur de sécurité ». Selon lui, sans un cadre juridique précis, les réformes politiques et les reformes ciblant la pratique manqueraient de fondement et de durabilité, c’est pourquoi selon lui, l’appui de DCAF vise généralement à combler ce déficit de connaissance juridique des principaux acteurs de la sécurité et le public tout en améliorant l’état de droit et la bonne gouvernance du secteur de la sécurité.

« Les activités d’aujourd’hui marquent une étape importante dans la gouvernance du secteur de la sécurité en ce sens qu’elles concrétisent l’intention du projet, à savoir, la compilation, la digitalisation des textes de lois régissant les institutions de sécurité afin de les rendre accessibles au public, à tous les utilisateurs tant internes qu’externes » a-t-il indiqué.

Il a fini par faire les vœux que les collaborations qui ont donné cet outil puisse porter plus loin c’est à dire la mise en place d’un cadre juridique qui favorise des prestations de sécurité efficaces qui répondent aux besoins de sécurité de tous les maliens

Pour sa part, le secrétaire général du ministère de la sécurité et de la protection civile, M. Oumar Sogoba s’est réjoui, qu’« avec cet appui de DCAF, pour une analyse de relisions et digitalisation du cadre juridique régissant le secteur de la sécurité, le gouvernement sera en mesure de mettre en place un environnement juridique, ouvert et sensible aux préoccupations sécuritaire dans une approche politique de sécurité humaine … un maillon supplémentaire dans la densification de l’environnement juridique et sécuritaire du pays et même de la région ».

Issa Djiguiba

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :