A l’occasion du 18ème anniversaire de l’URD : Le professeur Salikou Sanogo appelle à veiller sur le « leg » de Soumaïla Cissé

1er juin 2003 – 1er juin 2021, l’Union pour la République et la Démocratie (URD) a 18 ans. Pendant ces années, le parti de la poignée de main a été présent dans tous les combats pour un Mali meilleur. Et à l’occasion de ce 18ème anniversaire qui se célèbre en l’absence de feu Soumaïla Cissé, le vice-président Salikou Sanogo a invité les militants à l’union pour honorer la mémoire de l’enfant de Niafunké.

« Voilà exactement 18 ans que des femmes et des hommes, mus par le désir ardent de mieux incarner un Mali de progrès, le Mali de tous les meilleurs possibles et de faire autrement la politique, ont porté sur les fonts baptismaux l’Union Pour la République et la Démocratie notre Parti », a déclaré le vice-président de l’URD, le professeur Salikou Sanogo, dans son adresse à ses militants. Pour lui, l’URD, depuis sa création, a toujours impacté positivement la vie politique du Mali. L’ancien ministre de l’Éducation nationale a profité de cette occasion pour rendre hommage à Soumaïla Cissé. « Au commencement était la candidature à l’élection présidentielle aux péripéties tumultueuses de 2002 d’un homme charismatique qui, au fil du temps n’a cessé de se bonifier. J’ai nommé Soumaïla Cissé », a-t-il laissé entendre avant d’ajouter « Candidat martyr déjà et à son initiative, mais aussi conséquentes avec elles-mêmes, les diverses forces politiques de ce candidat abandonné par sa troupe de base, ont ainsi décidé de mutualiser leurs génies dans le creuset d’une nouvelle formation politique d’envergure pour la réalisation de ce dessein commun ».

Pour le professeur Salikou Sanogo, l’hymne de l’URD traduit à suffisance sa dédicace pour le Mali et sa philosophie politique. Cet hymne est, selon lui, est le testament politique de Soumaïla Cissé. « Car notre hymne, oui l’hymne de l’URD, véritable ode au Mali est le condensé des valeurs et des ambitions de notre défunt camarade Président », a-t-il laissé entendre.

Ce 18ème anniversaire a été l’occasion pour le 1er vice-président de saluer tous ceux qui se sont battus pour l’URD. Avec 18 ans, l’URD dépasse l’âge de l’adolescence. « Peuple de l’URD, la sortie de l’âge de l’adolescence comme pour davantage éprouver la résistance de l’épaisseur de son cuir, la qualité de sa résilience face à l’adversité, fut marquée par le brusque et brutal rappel à Allahou soubhana wattallah, de notre mythique Président Soumaïla Cissé », martèle le professeur Salikou Sanogo. Pour l’actuel premier responsable de l’URD, même si Soumaïla Cissé est physiquement disparu, son idéologie doit demeurer. « L’icône du Parti, désormais physiquement disparu, il nous revient Peuple URD, le redoutable honneur, le très redoutable devoir de continuer le chantier entamé avec lui et porter l’URD au pouvoir d’État afin de réaliser l’espérance, de restaurer l’espoir à travers une nouvelle alliance avec le peuple malien », a-t-il insisté avant d’appeler à l’union.

Pour lui, si l’URD est unie, elle peut gagner les différentes élections. « Rappelez- vous qu’unis nous pouvons tout gagner. Jamais ces temps ne devraient être ceux de la division, sinon nous aurons trahi la mémoire de Soumaïla et les efforts du Parti à travers ses militants et ses sympathisants », laisse entendre le professeur Sanogo. Le vice-président tient à l’unité au sein du parti et à la continuité du combat de son défunt président. « Ayez toujours en mémoire ses propos, d’abord en 2018 à l’occasion du débat sur la problématique de la participation au second tour de la présidentielle, ensuite lors de la clôture du dernier congrès tard dans la nuit et enfin plus près de nous au Palais de la culture à sa libération », conseille-t-il avant d’ajouter : « Restez unis et forts pour gagner en toutes circonstances est le meilleur hommage que nous puissions lui rendre dans notre vie de militants et sympathisants URD. Veiller sur son leg, veiller sur ce leg  est la seule qui puisse mettre notre parti notre conscience en repos et demain le pouvoir le rencontrer en toute dignité dans l’au-delà ».

Boureima Guindo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :