A LA UNEMEDIASPOLITIQUE

Vœux de nouvel an du Dr Choguel au Président de la transition : Le PM salue le leadership d’Assimi, revient sur les travaux réalisés en 2022 et rassure ses compatriotes !

Le Dr Choguel Kokalla Maïga, Premier ministre de la transition a présenté, le mardi 17 janvier 2023, ses vœux de nouvel an 2023 ainsi que ceux des membres du Gouvernement au colonel Assimi Goïta, Président de la transition. Mettant l’occasion à profit, le PM a salué et loué le leadership de son chef, rassuré ses compatriotes quant à la poursuite des actions du Mali nouveau en cours, et fait le point des travaux réalisés en 2022.

2022 a été une année certes difficile, mais ça n’a aucunement empêché les autorités de la transition à réaliser certains travaux. Le chef du Gouvernement annonce que son équipe a, sous le leadership du colonel président, néanmoins fait de nombreuses réalisations dans plusieurs domaines. Parmi lesquels figure le domaine des transports passant par la cherté de la vie ; le monde de la diplomatie malienne ; le secteur de l’agriculture ; celui de l’éducation ; le domaine de l’Armée ; le secteur de la justice… L’année 2022 a commencé par l’embargo illégal, injuste et inhumain de la CEDEAO et de l’UEMOA, auquel le peuple malien, comme un seul homme, a répondu par la grande mobilisation historique du 14 janvier. C’est ce jour-là que le destin de la transition s’est véritablement joué. « Nous avons montré au monde entier que la transition et ses autorités sont en phase avec le peuple », déclare le PM au président Goïta. Au colonel, le PM dira ceci : « Grace à vos pertinentes orientations, le Gouvernement a poursuivi le vaste chantier de la restauration de la sécurité sur toute l’étendue du territoire national, de la dignité, de la souveraineté et de l’indépendance de notre pays ».Chose qui, a-t-il ajouté, s’est traduite par l’affirmation des principes mettant en avant la défense de l’honneur et de la dignité des Maliens. Les orientations du colonel Goïta se sont également soldées, selon le PM, par des opérations militaires d’envergure en vue d’assurer une bonne couverture sécuritaire du pays, voire une projection plus efficace des troupes sur le terrain et le succès opérationnel des missions. La montée en puissance des FAMa est le résultat de la vision du colonel Assimi Goïta. Cela, en termes de politique d’équipement, de recrutement, de formation, de renforcement des capacités opérationnelles, et de partenariat stratégique, confirme le Dr. Maïga. Dans le cadre de la mise en œuvre de la loi de programmation relative à la sécurité intérieure, dit-il, 4255 fonctionnaires recrutés, dont 3252 pour la police nationale et 1003 pour la Protection civile sont en formation professionnelle. Aussi, poursuit-il, de nombreux équipements ont été acquis, des constructions et des infrastructures ont été réalisées. S’y ajoute l’adoption du décret portant approbation de la stratégie nationale de la réforme du secteur et de son plan d’actions, en plus du décret portant institution de la carte nationale d’identité biométrique et de la loi portant militarisation de la police et de la protection civile.

Le PM rappelle quelques réformes

A cette occasion, le chef du Gouvernement a trouvé que l’année dernière a été marquée par des réformes. Courant 2022, le pays s’est doté d’une nouvelle loi électorale et a mis en place l’Autorité indépendante de gestion des élections(AIGE).Ce n’est pas tout. Le processus de refondation a permis une nouvelle phase de consolidation ce, via l’adoption par le Gouvernement du cadre stratégique de la refondation de l’Etat (2022-2031), assorti du Plan d’Actions 2°22-2026. Le PM rappelle la mise en œuvre du projet de système intégré de Gestion des ressources humaines de l’Etat et des Collectivités territoriales (SIGRH). Un projet, estime-t-il, est une œuvre de salubrité publique de l’administration malienne. Aussi, il a évoqué l’élaboration du Programme National d’Education aux valeurs, de même que celle de l’avant-projet de la nouvelle constitution qui est une avancée majeure dans le processus de réformes institutionnelles. L’année 2022 a été aussi marquée par la poursuite des reformes sur la réorganisation territoriale. Sur les travaux réalisés figurent, entre autres, le retour progressif de l’administration de l’Etat et des services sociaux de base ; l’amélioration du climat de quiétude des populations en prenant en compte de leurs activités agro-sylvopastorales et commerciales liées aux efforts des Forces armées maliennes. Le transfert des ressources de l’Etat aux Collectivités territoriales en 2022 a représenté, suivant le PM, 471,978 milliards F CFA, soit 25,17%.La même année, la consolidation et l’assainissement du système RAVEC par l’augmentation du taux d’enrôlement des citoyens, de même que l’amélioration de la procédure ont pu avoir lieu.

Des actes posés dans plusieurs domaines

2022 a été une année de lutte contre la corruption et la délinquance financière dans le pays. Les autorités se sont également penchées sur l’élaboration, toujours en cours, de la Stratégie nationale de lutte contre la corruption (SNLCC) et son plan d’action triennal. En plus de la création du Pôle national Economique et Financier avec une compétence nationale et un Procureur de la République spécial, il a été créé une Agence de recouvrement et de Gestion des Avoirs saisis ou confisqués. La création de cette Agence permet à l’Etat de renforcer son dispositif institutionnel dans la lutte contre la corruption. Lequel dispositif regroupe à la fois les organes juridictionnels, les structures de contrôle et de vérification, ainsi que les différences structures. « Du traitement des dossiers judiciaires, il y a lieu de signaler qu’aucun rapport de contrôle et de vérification ne peut être classé sans suite, aujourd’hui, par le Pôle National Economique et Financier sans des enquêtes préalables de la Brigade économique et financière. Le pôle judiciaire spécialisé contre la cybercriminalité a été également créé et constitue un terreau favorable à la corruption », lit-on dans son discours. Il rappelle la relecture du code de procédure pénale et souligne avoir été prévu, dans le nouveau code, la suppression de l’opportunité de poursuite du Procureur de la République. Laquelle permettait à ce dernier de classer sans suite les PV d’enquête préliminaire. Dans le cadre de la réduction de la vie chère, les exonérations des droits et des taxes accordées au cordon douanier se chiffrent, selon le Dr. Maïga, à plus de 190 milliards F CFA, soit 35,48% des recettes réalisées au cours de 2022. Pour soutenir les ménages, le Gouvernement rapporte avoir poursuivi sa politique de subvention en matière de santé. Au moins, avoue le PM, 15 milliards de F CFA ont été engagés pour assurer le financement de la gratuité de certains services de santé en 2022, notamment la césarienne, la lutte contre le paludisme, le Sida… En appui aux populations vulnérables via le programme gouvernemental de transfert monétaire, 39 milliards F CFA ont été distribués à 366 969 ménages. Parlant des œuvres sociales, Choguel annonce la mise à disposition de 146 adductions d’eau sommaires dans les régions de Kayes, Ségou, Mopti…L’argent englouti dans la réalisation desdits travaux s’élève à 5 milliards. Quant aux subventions budgétaires, on peut, selon lui, noter qu’un montant de 4 952 085 327 CFA a été mobilisé pour la prise en charge des droits de certains travailleurs compressés depuis bien avant la transition. La subvention pour les intrants agricoles a atteint 28 101 822 871 C FA. S’y ajoutent la subvention à l’EDM d’un montant de 30 milliards, le soutien supplémentaire de la structure estimé à 40 milliards de F CFA pour la prise en charge partielle de sa dette fiscale, voire la subvention accordée à la SOMAGEP pour le montant d’un (1) milliard. Au sujet de la covid-19, les efforts budgétaires se sont poursuivis à travers l’affectation d’un montant de 62,056 milliards F CFA aux dépenses de santé et aux mesures d’appui à l’économie. À ses dires, il a été procédé, pour l’amélioration des conditions de vie des travailleurs, à la prise en charge de la grille unifiée des salaires sur les pensions des retraites, ramenant l’incidence globale de ladite grille à environ 200 milliards de F CFA. Malgré de nombreuses difficultés, l’économie malienne devrait connaitre, en 2022, une croissance de près de 3,7%. Laquelle devrait se renforcer davantage en 2023 pour s’établir à 5%, a-t-il espéré. S’intéressant à la problématique de l’Accord d’Alger, il signale l’intégration de 13 000 ex-combattants dans l’armée malienne. Sur les actions entreprises pour la paix au Mali en 2022, se trouve la tenue, en date du 15 au 21 septembre 2022, de la première édition de la Semaine nationale de la Réconciliation (SENARE).

Des projets routiers

« L’année qui vient de s’achever a enregistré, selon le PM, la réalisation des projets routiers à Bamako et dans les régions ».Parmi lesquels figurent l’aménagement en 2×2 voies de la voie reliant le 3ème pont de Bamako à la RN6, y compris la construction d’un échangeur au croisement avec la RN6 ; la réhabilitation de la section Tour de l’Afrique de Yirimadio pour un montant de 37 886 990 755, 36 F CFA TTC. Le Gouvernement rappelle la construction d’un échangeur et d’un viaduc et l’aménagement de 10km de voies urbaines dans la ville de Sikasso, pour un montant de 27 044 653 565 F CFA HT-HD. Aussi, dit-on, il a été enregistré la finalisation des études techniques des travaux de réhabilitation de la route Didieni-Diéma-Sandaré et Kayes-Diboli, la finalisation des travaux de construction de la route Bamako-Koulikoro-Kati… Dans le cadre du Programme spécial des travaux d’entretien des routes, 5 000 000 000 F CFA ont été investis dans le district de Bamako. Courant la même période, il a été question de la relance du trafic ferroviaire via la mise en service de deux(2) locomotives de manœuvre, la signature d’un mémorandum d’entente avec la société russe STM. Cela, pour l’acquisition de locomotives. L’année dernière a été marquée, suivant toujours le Docteur PM, par une grande bataille diplomatique entre le Mali et ses partenaires. Sans langue de bois, il est revenu sur les 3 principes directeurs dictés par le colonel Goïta. Dans principes auxquels les partenaires nationaux et internationaux doivent désormais se plier pour pouvoir collaborer avec les Maliens .Dans le secteur de l’éducation, 2022 s’est également matérialisé à travers la construction et la réhabilitation de 2000 salles de classes dans le pays, des cantines scolaires et des forages. Dans son discours, le PM fait part des 30 milliards injectés dans l’enseignement supérieur ; les avancées notoires retenues dans plusieurs projets et activités relatifs aux secteurs de mine, de l’énergie. Puis de mettre l’accent sur les efforts fournis dans le domaine de l’agriculture, de la pêche, de la religion… Des domaines auxquels le Gouvernement tient beaucoup et a injecté des sommes importantes pour des améliorations.

Mamadou Diarra

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Notice: ob_end_flush(): failed to send buffer of zlib output compression (0) in /home/lepaysml/public_html/wp-includes/functions.php on line 5373