SOCIETE

Solidarité et lutte contre l’exclusion : Le geste citoyen des étudiants de l’Esiau et des jeunes du Badialan 1

L’Ecole supérieure d’ingénierie d’architecture d’urbanisme (Esiau) n’a pas laissé passer le mois d’octobre dédié à la solidarité et la lutte contre l’exclusion au Mali. Abritant également deux grandes journées qui les concernent, notamment la Journée mondiale de l’Architecture et celle des villes, les étudiants des 1ère et 2ème années d’architecture de l’Ecole supérieure d’ingénierie d’architecture d’urbanisme (Esiau), en collaboration avec les jeunes de l’Association pour le développement de Badialan I (Ajdb 1), a  initié des actions citoyennes en faveur des trois personnes, les plus âgées du quartier de Badialan I. En plus des colas et une enveloppe symbolique, cette action a surtout porté sur la rénovation des maisons des veuves Raba Kambo,  Rokia Coulibaly  et  Safiatou Kanté. La remise des clés a été faite en présence des autorités locales, ainsi que des  représentants de l’Unesco et du ministère  de l’Urbanisme, de l’Habitat,  des Domaines, de l’Aménagement du Territoire et de la Population.

Raba Kambo,  Rokia Coulibaly  et  Safiatou Kanté sont les heureuses  bénéficiaires de cette action de solidarité des étudiants de l’Ecole supérieure d’ingénierie d’architecture d’urbanisme (Esiau) et de l’Association pour le développement de Badialan I (AJDB 1). Il s’agissait en effet de rénover complétement  leurs  maisons  afin de leur offrir un environnement  adapté à leur âge.  Pour  ce faire, les étudiants de l’Esiau ont d’abord fait le diagnostic de l’habitat des trois grands-mères afin d’identifier les besoins et les actions spécifiques à entreprendre pour la rénovation. Ensuite,  en collaboration avec les aînés ils ont  lancé  un programme de recherche de financement  pour  l’exécution des travaux. En plus de la main d’œuvre, ces étudiants ont également  fait une contribution symbolique en appui à la contribution du conseil et de la jeunesse du quartier.

Couplée avec la célébration des journées mondiales de l’architecture (le 3 octobre) et celle des villes (le 31 octobre), le Directeur général de  l’Esiau, Abdoulaye Deyoko, a indiqué que cette action se présentait comme  « bizutage » c’est-à-dire, une initiation  des nouveaux inscrits de de l’Ecole supérieure d’ingénierie d’architecture d’urbanisme au métier d’architecte après un Workshop de 2 semaines.  Une parfaite coïncidence avec le thème de  la Journée mondiale d’architecture 2022 : « L’architecture pour le bien-être » et le rappel de la Journée mondiale de la ville, qui n’est autre que  « de repenser la façon dont les villes peuvent repenser peuvent protéger leurs populations contre les chocs soudains et les stress à long terme ». Par cette œuvre, l’Ecole supérieure d’ingénierie d’architecture d’urbanisme (Esiau) s’inscrit en faux par rapport à la considération faite que les écoles privées sont exclusivement capitalistes.

Si le représentant du maire de la commune III a invité les autres établissements privés à faire autant en imitant cette initiative sociale d’Esiau, la représente du département en charge de de l’Urbanisme, de l’Habitat,  des Domaines, de l’Aménagement du Territoire et de la Population, Mme Assétou Touré, a souhaité encore une  longue vie  aux trois grands-mères dans leurs maisons rénovées.

Egalement présents à cette  cérémonie, le représentant de l’Unesco, M. Issa Adama Coulibaly,  et le chef de quartier de Badialan I, Modibo Djiré, ont tous exprimé leurs  vives émotions.

Issa Djiguiba 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Notice: ob_end_flush(): failed to send buffer of zlib output compression (0) in /home/lepaysml/public_html/wp-includes/functions.php on line 5373