Situation des cantines et accroissement de l’accès des filles au second cycle du fondamental : Un rapport de vérification restitué par le GSB-Mali et l’UE

Dans le cadre du programme d’appui budgétaire SBC III, les responsables du groupe de suivi budgétaire Mali (GSB-Mali) et ceux de l’Union européenne (UE) ont organisé, mardi 23 mars 2021 à l’hôtel Olympe de Bamako, la cérémonie de restitution du rapport de vérification portant sur l’’’accroissement du nombre de cantines’’ au Mali et ‘’l’accroissement de l’accès des filles au second cycle du fondamental’’.

« Je félicite le groupe de suivi budgétaire et notre partenaire Union européenne qui, à travers le financement du programme d’appui budgétaire SBC III, organisent cette rencontre d’information et de partage des résultats de la mission de vérification avec la presse et les différentes organisations de la société civile », a introduit Fassery Doumbia, secrétaire général du ministère de la tutelle. À ses dires, l’Union européenne et le gouvernement du Mali ont, le 13 mars 2018, signé une convention nommée « programme d’appui budgétaire à la consolidation de l’Etat du Mali SBC III, cris N°040-072 ».

Un programme dont le montant global estimé à 170 millions d’euros s’étale sur une durée de trois ans. Ce programme, dit-il, il vise à accompagner le Mali dans la mise en œuvre des réformes structurelles nécessaires au renforcement de la légitimité du gouvernement ; à améliorer la transparence et l’équité  dans la gouvernance locale, y compris dans le secteur de l’éducation ; à  développer des opportunités d’emplois et de formation pour les jeunes…

D’après lui, l’Union européenne s’est, de nos jours, impliquée via ce programme d’appui budgétaire SBC III : ‘’accroissement du nombre des cantines’’ et ‘’accroissement de l’accès des filles au second cycle du fondamental’’ pour appuyer les efforts déployés par le Groupe de suivi budgétaire dans la diffusion des informations  sur la gestion des finances publiques. Toutefois, il se dit convaincu que les avancées constatées restent en deçà des possibilités du GSB-Mali. Quant à Olivier Ki-Zerbo, non moins  représentant de l’Union européenne, la présente cérémonie « conclut la première expérience pour beaucoup de personnes intervenues lors de ces missions d’enquête ».Via la première campagne et la deuxième menées dans le cadre de ce programme, il y a eu un processus d’apprentissage, a-t-il dit, rapportant qu’il y a eu des efforts d’amélioration des domaines qui ont fait l’objet de vérification : alimentation scolaire ou situation des cantines, et scolarisation des filles. Par ailleurs, Olivier estime que des efforts restent à faire quant à la collecte des statistiques et de traitement de données, passant par leur utilisation. Pour Tiemoko Souleymane Sangaré, président du GSB-Mali, ce rapport édifiera davantage les citoyens et les autorités du pays sur la situation des cantines ; voire sur l’accroissement de l’accès des filles au second cycle du fondamental.

Selon les experts  du GSB-Mali,  l’Etat avait octroyé 5.113.244.000F pour la gestion de cantines de l’ensemble du  pays. Pour ce faire, les mairies ont reçu 1.918.139.956 F CFA, soit 38% de ce fonds budgétisé par l’Etat. Sur les 5 milliards, les collectivités nous ont dit qu’elles ont reçu 1.24.780.175 F, soit 20% des fonds budgétisés, ont-ils exprimé. Quant à la fonctionnalité des cantines, les responsables du GSB-Mali chargés d’expliquer quelques parties de ce rapport d’enquête ont précisé que sur les 1431 cantines créées par l’Etat, il n’y a que 783 qui étaient opérationnelles.25 cantines étaient inexistantes,  et 648 restent non opérationnelles. « Nous sommes allés dans chaque région et localité du pays pour nous enquérir de l’état de la situation des cantines conçues par l’Etat », ont corroboré les experts du GSB-Mali, une organisation reconnue comme centre d’expertise de la société civile en matière de suivi des budgets par des analyses. Au sujet de la scolarisation des filles, ils corroborent avoir été cooptés pour la vérification de certains indicateurs. Et d’annoncer qu’au niveau des antennes du GSB-Mali, 10.280 filles de 7ème année ont été identifiées. Notons que  ces missions d’enquêtes ont été  tenues entre Avril à Mai 2020 (1ère phase) et juin à juillet 2020 (2ème phase).

Mamadou Diarra

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :