MONDE

Sénégal/ affaire Sonko : les leaders religieux s’impliquent

Après la levée de l’immunité parlementaire sur Ousmane Sonko, l’opposant farouche du président Maky Sall et leaders du Parti « patriotes du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité » (PASTEF), par l’assemblée nationale sénégalaise, les leaders religieux du pays de la Teranga entendent jouer leur partition pour calmer les ardeurs.

Accusé pour « viols répétés » et « menaces de morts », l’opposant sénégalais devrait « comparaitre » devant la justice de son pays suite à la levée de son immunité parlementaire approuvé par ses homologues députés, lors d’une séance plénière tenue le vendredi 26 février dernier.

Depuis l’annonce de son accusation le 8 février dernier, la tension entre ses partisans et les forces de l’ordre restent tendue dans certaines villes du pays dont la capitale. Par ailleurs, plusieurs de ses soutiens ont été arrêtés par les forces de l’ordre.

Pour calmer les ardeurs politiques ambiantes dans le pays, le collectif des leaders religieux ont entamé ce week-end une médiation dans l’affaire dite Sonko. A cet effet, une délégation du collectif des religieux pour la sauvegarde de la paix civile, dirigée par Mame Makhar Gueye et l’Abbé Jacques Seck a rendu visite ce samedi 27 février 2021 à Ousmane Sonko.

Lors de cette rencontre, les responsables du collectif des religieux pour la sauvegarde de la paix civile sollicitent l’opposant accusé de lancer des appels d’apaisement auprès de ses partisans pour pouvoir trouver une solution à l’amiable.

Par ailleurs, le collectif souhaite rencontrer la plaignante pour essayer de trouver une solution afin de calmer la tension. Une rencontre que le collectif affirme difficile, car Me Abdou Dialy Kane, l’Avocat de la celle-ci, refuse de donner à la presse des informations sur le lieu de résidence de sa cliente qui aurait reçu depuis le dépôt de sa plainte des menaces de morts.

Selon le Porte-parole de l’ONG islamique Jamra sur les antennes de la RFI, le collectif ne compte « s’immiscer dans l’action de l’instruction judiciaire ». Mais dit-il, la volonté du collectif, c’est de s’impliquer dans cette affaire pour essayer de calmer la tension avant qu’elle ne « devienne ingérable ».

En attendant la progression de cette procédure de médiation entamé par le collectif des religieux pour la sauvegarde de la paix civile piloté par Mame Makhar Gueye et l’Abbé Jacques Seck, l’opposant Ousmane Sonko est donc convoqué demain, mercredi 03 février 2021 par le juge d’instruction. Convocation à laquelle le leader de PASTEF refuse de répondre, car selon lui, la levée de son immunité parlementaire « est viciée » et « illégale ».

Ibrahim Djitteye

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Notice: ob_end_flush(): failed to send buffer of zlib output compression (0) in /home/lepaysml/public_html/wp-includes/functions.php on line 5420