MEDIASSANTE

Santé de la reproduction au Mali : la Somago outille des médecins et pharmaciens

Du lundi au samedi 24 septembre 2022, s’est tenue au mémorial Modibo Keïta un atelier de formation de jeunes médecins et pharmaciens sur l’éducation complète à la vie familiale et sur les techniques de plaidoyer et communication. Cet atelier a été organisé par la Société malienne de gynécologie obstétrique (Somago).

L’objectif de cet atelier était de former des jeunes médecins et pharmaciens du district de Bamako sur l’éducation complète à la vie familiale (ECF) et sur le plaidoyer en communication en faveur de l’avortement sécurisé dans les limites de la loi.

En effet, entre 2010 et 2014, on estimait à 25 millions les avortements non sécurisés par an, soit 45% du total des avortements. Pour le Mali, les chiffres sont souvent basés sur des estimations pour participer à la réduction considérable de l’avortement clandestin (non sécurisé), 5ème cause de la mortalité et morbidité au Mali. La Somago a été mise en place et son financement est assuré par la Figo (Fédération internationale de gynécologie et de l’obstétrique) à travers ses partenaires. La Somago a pour mission essentielle de réduire la mortalité et la morbidité maternelle, dues aux avortements pratiqués dans de mauvaises conditions de sécurité.

Selon les initiateurs du projet, la Somago ne plaide pas pour la légalisation de l’avortement au Mali. Elle ne pratique pas non plus l’avortement, mais son souci est de réduire l’avortement au Mali, surtout les avortements à risque. C’est pour cela qu’elle travaille conforment à loi n°044 du 24 juillet 2022 relative à la santé de la reproduction.

Cette loi stipule dans son article 13 ceci : « Il est interdit tout avortement qui consiste dans l’emploi de moyens ou de substances en vue de provoquer l’explosion prématurée du fœtus, quel que soit le moment de la grossesse où cette expulsion est pratiquée part tout motif que : la sauvegarde de la vie de la femme enceinte, lorsque la grossesse est la conséquence établie d’un viol ou d’une relation incestueuse, à la demande expresse de la femme enceinte ».

C’est initialement dans le cadre de l’atteinte de ces objectifs qui est de former le maximum de personnes et de leur faire comprendre leur idée que la Somago a pris initiative de former des jeunes, aux nombre de 26 personnes. Ces jeunes auront comme tâches essentielles d’aider le projet dans sa démarche de communication et de sensibilisation pour une compréhension des questions liées aux avortements.

Tioumbè Adeline Tolofoudié

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Notice: ob_end_flush(): failed to send buffer of zlib output compression (0) in /home/lepaysml/public_html/wp-includes/functions.php on line 5420