A LA UNEMEDIASPOLITIQUE

Réformes et Futures élections au Mali : La COCEM déplore le retard dans le processus

Dans un communiqué publié le 28 avril dernier, dont nous avons reçu copie, la Coalition pour l’Observation Citoyenne des Elections au Mali s’est dite préoccupée par lenteur dans la mise en place des Coordinations de l’Autorité Indépendante de Gestion des Elections (AIGE) ainsi que le retard dans l’actualisation du chronogramme des réformes et des élections.

Cette organisation de la société civile du Mali exprime sa préoccupation par rapport à la lenteur dans le cadre de la mise en place des Coordinations de l’Autorité Indépendante de Gestion des Elections (AIGE) en plus du retard accusé dans l’actualisation du chronogramme des réformes et des élections. Ainsi, invite-t- elle les autorités de la Transition à prendre les dispositions idoines pour accélérer ledit processus pour l’organisation du référendum.

« La Coalition pour l’Observation Citoyenne des Elections au Mali (COCEM) suit avec intérêt le processus de mise en place des Coordinations de I’AIGE », peut-on lire dans le communiqué publié en fin de semaine dernière. Selon le document, dans le cadre de l’opérationnalisation effective de l’AIGE et en application des dispositions de l’article 22 de la loi n°2022-019 du 24 juin 2022, modifiée, portant Loi électorale, le ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation (MATD), avait tenu, « le 14 mars 2023, la réunion du Cadre de Concertation National avec les responsables des partis politiques et de la société civile, en vue de dégager les modalités pratiques de désignation de leurs représentants au sein des Coordinations de l’AIGE ».

Outre cela, la Coalition rappelle que le MATD, à la demande du Collège de l’AIGE, avait saisi, par lettre circulaire n°0057/MATD-SG en date du 22 mars 2023, les Gouverneurs, Préfets et Sous-préfets les invitant à lui faire parvenir les propositions de désignation des représentants des pouvoirs publics, des partis politiques et de la société civile devant siéger au sein des Coordinations de l’AIGE. « Ainsi, conformément à la lettre circulaire du MATD, les Représentants de l’Etat ont tenu (à l’exception de la région de Kidal) des consultations avec les parties prenantes en vue de la désignation de leurs représentants », se réjouit-elle dans le communiqué tout en saluant la mise en place des Coordinations de l’AIGE que la COCEM avait aussi plusieurs fois demandé dans ses différents communiqués.

Cependant, l’organisation de la société civile dit regretter le retard pris dans l’aboutissement du processus et invite les autorités de la Transition à doubler les efforts pour rendre effectives toutes les Coordinations de l’AIGE conformément aux articles 22, 23 et 24 (nouveau) de la loi électorale. « Par ailleurs, dans le souci de rassurer l’ensemble des parties prenantes au processus électoral, la COCEM réitère sa proposition de diligenter l’actualisation du chronogramme des réformes et des élections en concertation avec l’ensemble des acteurs du processus électoral et à communiquer le nouveau calendrier électoral », souligne la note.

Ibrahim Djitteye

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Notice: ob_end_flush(): failed to send buffer of zlib output compression (0) in /home/lepaysml/public_html/wp-includes/functions.php on line 5420