NATIONPOLITIQUE

Propositions des Maliens établis à l’extérieur sur l’avant-projet de constitution : Le CSDM fustige une « manœuvre de récupération inavouée » de Mohamed Sidibé

Alors que lui et l’association dont il est membre ont gardé un silence de mort pendant sur l’avant-projet de la nouvelle constitution pendant que le Conseil Supérieur de la Diaspora Malienne de Mohamed Cherif Haïdara dénonçait des « injustices » à l’encontre des Maliens établis à l’extérieur, Mohamed Sidibé, membre du CNT et du Haut Conseil des Maliens de l’Extérieur vient de jouer à la comédie à travers une lettre qu’il dit adresser aux Conseils de base du HCME. Pire, le CSDM s’est plaint que Mohamed Sidibé  s’accorde le titre de « l’honorable » que la Cour constitutionnelle a refusé aux membres du CNT.

La question de « l’injustice » contre les Maliens établis à l’extérieur continue de susciter des débats au sein des associations de la diaspora malienne.

En effet, le vice-président du HCME et membre de la commission des lois du Conseil national de Transition a saisi les conseils de base du HCME afin qu’ils fassent parvenir leurs propositions sur l’avant-projet de la nouvelle constitution. « Messieurs les Présidents, A ma qualité de membre de la commission des lois du Conseil national de Transition, j’ai l’honneur de venir par la présente demander à toutes les structures de base et tous les sympathisants du Haut Conseil des Maliens de l’Extérieur de faire parvenir leurs observations sur l’avant-projet de constitution notamment en ce qui concerne les dispositions relatives à la double nationalité et sur d’autres points de préoccupations jugés utiles à partager », a écrit Mohamed Sidibé dans sa lettre en date du 24 novembre dernier. Il a indiqué que les observations doivent le parvenir avant le vendredi 02 décembre 2022 au plus tard.

La Réplique du CSDM

Le CSDM qui dénonçait certaines dispositions de l’avant-projet de la nouvelle constitution, notamment les articles 46 et 97, n’a pas cautionné la sortie tardive de Mohamed Sidibé du HCME et du CNT. « Le Conseil Supérieur de la Diaspora Malienne (CSDM) a reçu un courrier datant du 24 novembre 2022 de Monsieur Mohamed Sidibé à son titre de membre de la Commission des Lois du Conseil National de Transition, dont l’objet porte sur: “Observation sur l’Avant-projet de Constitution”, courrier adressé aux présidents des Associations de la Diaspora, leur demandant de lui faire parvenir des observations sur l’Avant-projet de constitution notamment sur la disposition relative à la double nationalité et ce, avant le vendredi 02 décembre 2022 au plus tard », a déploré l’association de Mohamed Cherif Haïdara.

Pour le CSDM, même si Mohamed Sidibé est membre du CNT au titre des Maliens établis á l’extérieur, il n’a pas la gestion des associations destinatrices « dont il n’a aucune idée du nombre ». Cette faitière des Maliens de l’extérieur estime que Mohamed Sidibé a outrepassé ses compétences. « Après avoir pris connaissance de son courrier, nous constatons que les prérogatives de M. Sidibé semblent largement au-dessus de celles du président de la Commission (du CNT) dont il se réclame, par l’émission de ce courrier apposé de son cachet personnel », a regretté le CSDM qui dénonce l’utilisation par l’intéressé, de cachet personnel sur l’armoirie de l’État.

A en croire le CSDM, cette sortie tardive du HCME des Maliens de l’extérieur à travers son vice-président, « n’est autre qu’une manœuvre de récupération inavouée que d’action positive ». Elle d’ailleurs exprimé « sa profonde inquiétude, à une telle dérive individuelle de M. Sidibé et lui rappelle que le CNT n’est pas un tremplin de diversions, ni de récupération ».

Il faut rappeler que le CSDM avait multiplié les actions contre ce qu’il a qualifié « d’injustice » contre les Maliens de la diaspora. « Le CSDM constate avec amertume que les Maliens établis à l’étranger ont été lésés dans ce texte. Par ailleurs, l’article 97 concernant les membres du Haut Conseil de la Nation, nous avons également relevé que les représentants des Maliens établis à l’extérieur ne seront pas élus, mais désignés selon le service rendu à la Nation. Par conséquent, le CSDM exige que les recommandations des Assises Nationales de la Refondation (ANR) soient tout simplement respectées, notamment sur la députation de nos compatriotes établis à l’extérieur », a déclaré la faitière des Maliens de l’Extérieur dirigé par Mohamed Cherif Haïdara lors d’une conférence de presse. L’association avait ajouté : « En effet, le 12 octobre 2022, cet avant-projet d’une nouvelle constitution a été dévoilé par le Président de la commission de rédaction, mais le CSDM constate avec amertume que les Maliens établis à l’étranger ont été lésés dans ce texte car en scrutant ce document, nous avons constaté que malgré les recommandations fortes des Assises Nationales de la Refondation (ANR), à savoir : La députation des Maliens établis à l’étranger ; Le recensement effectif des maliens établis dans les pays d’accueil ; L’éviction pure et simple des binationaux pour la magistrature suprême selon l’article 46 qui stipule que : tout candidat aux fonctions de Président de la République doit être de nationalité malienne d’origine et ne posséder aucune autre nationalité à la date de dépôt de la candidature …».

En plus de la conférence de presse, le président du CSDM a défendu la position de son association sur le sujet sur des antennes de plusieurs télévisions, au Mali et à l’extérieur.

Boureima Guindo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Notice: ob_end_flush(): failed to send buffer of zlib output compression (0) in /home/lepaysml/public_html/wp-includes/functions.php on line 5373