POULO EN COTE D’IVOIRE : Des signes qui ne trompent pas

Si une communauté étrangère pouvait décréter des journées chômées et payées en Côte d’Ivoire, celle du Mali allait le faire à la faveur du séjour du président de la Convergence pour le Développement du Mali (CODEM), Housseïni Amion GUINDO. De mémoire des habitants des villes visitées de la Cote d’ivoire, jamais une personnalité étrangère n’avait autant fait bouger une communauté étrangère. De l’entrée des villes aux lieux des rencontres en passant par ses résidences, le président Poulo a eu droit à un accueil et à une escorte digne d’un locataire de Koulouba. Est-ce un signe ?

1ère étape d’un périple qui amènera la délégation du président de la CODEM à Bouaké, Yamoussokro, Abidjan et Koumassi, Korhogo a été un tremplin qui a servi à la délégation de jauger les attentes d’une communauté qui peut être considérée comme le baromètre de notre diaspora. Après l’installation de la délégation, l’honneur est revenu au préfet de Korhogo de recevoir le président GUINDO pour les salutations d’usages. Monsieur André Ekponon Assomou a eu l’occasion d’en savoir sur Poulo, la Codem et l’objectif de son séjour. Très rassuré par le parcours et le sens de la responsabilité de son hôte du jour, le préfet de Korhogo s’est dit impressionné par la dimension de l’homme.

De son côté, après ses condoléances suite au décès du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, fils de la ville, Housseini Amion GUINDO, a confié la communauté malienne au préfet André Ekponon Assoumou.

En plus de la préfecture, la délégation a été reçue par Monsieur Losseni SAGANOGO, notable de la ville, professeur émérite, ancien maire et non moins promoteur d’une école d’excellence. C’est après ses sages conseils que le président Poulo a rencontré dans la soirée la communauté malienne de Korhogo.

LA COMMUNAUTE AU SERVICE DE SA CAUSE

Dans un cadre familial propre au Mali, les échanges ont porté sur la situation du pays et surtout comment en sortir. Pour Djougal CISSE, responsable de la communauté malienne de Korhogo, cette visite constitue la deuxième du genre depuis 1991. Ce qui signifie que le président Housseini Amion GUINDO emboite le pas à un certain Alpha Oumar Konaré devenu par la suite président en 1992. Cette marque de considération a été appréciée à sa juste valeur par la forte colonie malienne de Korhogo. En plus de la mobilisation totale pour sa cause, avec la bénédiction du doyen Oumar TEMBELY, elle a promis d’être désormais son porte-parole à Korhogo et partout en Côte d’Ivoire. Artisans attendus de ce nouveau pacte entre un fils des entrailles du pays et Korhogo, les femmes et les jeunes massivement représentés ont promis de jouer le jeu sans contrepartie. Pour eux, il est temps de prendre leur revanche sur la politique d’achat de conscience qui a plongé le pays dans la crise.

LE MALI ENTRE LES MAINS D’UN CONNAISSEUR

Au lieu de s’apitoyer sur notre sort, le président Housseini Amion GUINDO estime qu’il est temps de concentrer nos énergies sur la sortie de crise. Pour lui, il n’est pas grave de tomber, mais plutôt de ne pas pouvoir se relever. « Nos ancêtres nous regardent de là où ils sont. Ils ne nous pardonneront jamais si on léguait notre patrimoine commun à l’état actuel à nos enfants et petits-enfants. C’est tout le sens de mon combat et ma raison politique en tant que fils du terroir » a introduit Poulo. Toujours dans son franc-parler, le président de la Codem est resté cohérent et ferme sur les voies de sortie de crise. Selon lui, rien n’est à inventer, il suffit juste de repenser nos comportements afin de mettre le Mali au-dessus de tout. ‘’ Pour moi, il est illusoire de confier le pays à quelqu’un qui doit apprendre à le connaitre d’abord et s’attendre à des résultats. Nous devons impérativement tirer des enseignements de nos notre passé récent. Pour avoir pitié de nos compatriotes du pays profond qui vivent des conditions difficiles, il faut l’avoir vécu directement ’’ a balancé le président GUINDO. Sans détour, Poulo pense que le salut du Mali viendra d’un fils du terroir qui pourra se consacrer à l’essentiel.

En outre, il a appelé les maliens de Korhogo à l’union sacrée derrière le pays. A ses dires personne ne viendra faire le pays à notre place. L’un des objectifs de cette tournée qui est de confier le parti à la communauté malienne de la Cote d’Ivoire a été rappelé. D’ores et déjà, la complicité semble évidente compte tenu des nombreux acquis du président Guindo au sein du gouvernement.

A suivre les étapes de Bouaké, Yamoussoukro et Abidjan !

Source : Service de Communication de la Codem

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :