ECO & FINANCESOCIETE

Paiement des taxes de développement local : La Jeune chambre internationale de Kalaban-Coro sensibilise

Elu président de la Jeune chambre internationale de Kalaban, Ahmedou Ag Mohamed et son équipe s’attèlent, d’ores et déjà, à la sensibilisation de leurs compatriotes pour le paiement des taxes du développement local(TDL). Le lancement des activités, s’inscrivant en droite ligne de cette mission s’est tenu, le vendredi 20 janvier dernier, dans l’enceinte de la mairie de Kalaban-Coro. C’était en présence de Tiecoura Amadoun Diarra, maire de la commune, Ahmadou Abdoulaye Traoré, président national 2023 de la JCI….

Pour exhorter les populations de Kalaban-Coro à s’acquitter de leur devoir patriotique, les membres de la JCI s’appesantissent sur la sensibilisation. Il s’agit d’inviter les uns et les autres à payer la taxe du développement local. Malgré les efforts en cours, il a été constaté que de nombreuses personnes ne paient pas cette taxe destinée à la construction des écoles, routes, des centres de santé et autres infrastructures pour la commune. D’où le lancement des activités de sensibilisation en cours pour l’adhésion massive des populations. Lors du lancement desdites activités, Seydou Ibrahim Maïga, vice-président exécutif de la JCI de Kalaban a représenté le nouveau président Ahmedou Ag. « A la JCI de Kalaban, nous avons un plan d’actions que nous exécutons chaque année. Avant l’élaboration dudit plan cette année, nous avons mené des enquêtes sur le paiement des TDL. Après l’échange avec le maire, nous avons compris que les populations de Kalaban-Coro ne s’acquittent pas de leur TDL », a-t-il dit. Ce lancement ne concerne pas que la TDL, mais aussi un programme accentué sur quatre axes. Parmi lesquels figure la sensibilisation des populations pour la paie du DTL ; l’assainissement au sein de la commune ; la valorisation des cultures maliennes via les chants, les contes ; et le renforcement des liens de confiance entre les Forces de sécurité et la population, explique le vice-président exécutif. D’après lui, les sensibilisations se poursuivront. « On les fera dans toutes nos activités. Et nous allons, si possible, faire des portes à portes pour inciter les citoyens à payer leur TDL », soutient le représentant du président Ahmedou Ag. Puis d’ajouter que le lancement des activités de sensibilisation a permis à dix membres de la JCI de payer leur TDL, en plus du maire et du sous-préfet de Kalaban-Coro. De son côté, le maire trouve que l’initiative est très belle. « Et je suis très heureux que des jeunes de leur âge soient là pour nous faire la leçon de patriotisme et de paiement de taxe de développement local. Si chacun pouvait le faire, cela va amortir le développement dans notre commune », déclare Tiécoura Amadoun Diarra. Exprimant sa joie, l’autorité communale rassure être entièrement à la disposition des membres de la JCI, pour la poursuite de cette mission dans la commune rurale de Kalaban-Coro. Comme son nom l’indique, la taxe de développement local permet à la commune, selon le maire Diarra, de construire des écoles, d’acheter des médicaments…. Quant au non-paiement de la taxe, Tiecoura Amadoun estime qu’il y a beaucoup de gens qui ne connaissent pas la TDL. Pour le président national 2023 de la JCI, en l’occurrence Ahmadou Abdoulaye Traoré, « le paiement de la TDL est un devoir citoyen. Les citoyens ont certes des droits, mais aussi des devoirs à accomplir pour le développement du pays. Nous exprimons beaucoup de choses, mais nous oublions que nous avons des devoirs de payer nos taxes ». Ce sont ces taxes qui permettent aux Collectivités de pouvoir mener certaines activités. Le paiement de la TDL est effectué par des citoyens âgés de 14 à 60 ans, a-t-il confié. Puis d’être on ne peut plus clair : « En tant qu’organisation de jeunes citoyens actifs, nous pensons qu’il est de notre devoir de marquer notre partition dans cette activité par la sensibilisation au sein de la communauté ». Parlant du non-paiement des TDL, le président national évoque l’existence, de nos jours, « d’un fossé énorme de confiance » entre les dirigeants et les dirigés. En tout état de cause, rapporte M. Traoré, « lorsqu’on faillit à son devoir, on ne peut pas exiger ses droits ».

Mamadou Diarra

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Notice: ob_end_flush(): failed to send buffer of zlib output compression (0) in /home/lepaysml/public_html/wp-includes/functions.php on line 5349