A LA UNEECO & FINANCESOCIETE

Lutte contre l’exclusion sociale : La mine d’or de Morila au chevet de la communauté

A l’occasion du mois de la solidarité célébré chaque octobre par les plus hautes autorités du pays, les responsables de la mine d’or de Morila viennent de démontrer que chaque moment de la vie est propice pour offrir des actions sociales aux plus nécessiteux. Le jeudi 15 octobre 2022, les 11 personnes les plus âgées des communes de Sanso, Domba et Wola, dans la circonscription administrative de Sanso  ont reçu d’importantes quantités de vivres des mains du Directeur général de la Mine de Morila, M. Drissa Arama. C’était en présence du Sous-préfet de Sanso  Tahirou Coulibaly, les élus locaux ainsi que les autorités coutumières.

La mine d’or de Morila n’est pas restée indifférente face au mois dédié à la solidarité et la lutte contre l’exclusion par les plus hautes autorités du pays. Malgré la période difficile que traverse la mine cette année,  ce qui explique d’ailleurs ce décalage de l’évènement en mois de décembre,  le Directeur général, M. Drissa Arama a tenu quand même à respecter la tradition.

Au-delà du traditionnel don de vivre (riz, mil, sucre, d’huile et la macaroni), l’édition de cette année a été élargie à une formation de renforcement des capacités des enseignants de la circonscription (186 enseignants au total) et aussi la remise d’autres produits (crèmes solaires et produits pour la peau) à une trentaine de personnes atteintes d’albinisme. Cette action de bonne volonté a été hautement saluée par le chef de l’exécutif local, M. Tahirou Coulibaly  et les élus des communes de Sanso, Domba et Wola.

Pour leur part, les bénéficiaires, eux-mêmes, n’avaient pas de mots pour saluer cette initiative d’ouverture de cœur.

Il faut noter que l’émancipation de la communauté est une priorité de la Mine de Morila puisqu’au-delà du mois de la solidarité, la Direction de Morila a mis en place et développé un vaste système d’accompagnement des communautés de la zone. Il s’agit, entre autres, de l’aménagement d’un grand Lac artificiel de près de 17 hectares pour la pisciculture et en même temps servir de source d’abréviation pour les animaux en période sèche. En plus de cela, un grand périmètre maraîcher a également été aménagé  pour permettre à ceux qui ne travaillent pas directement dans la mine d’avoir des activités génératrices de revenus.

Issa Djiguiba, envoyé spécial à Morila

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Notice: ob_end_flush(): failed to send buffer of zlib output compression (0) in /home/lepaysml/public_html/wp-includes/functions.php on line 5420