A LA UNEECO & FINANCEMEDIAS

Liptako-Gourma : la contribution des Etats membres fixée à plus de 184 millions de nos francs

Bamako, ville des trois caïmans a abrité, le vendredi 27 janvier 2023, les travaux de la 59ème session ordinaire du conseil des ministres de l’Autorité de développement intégré des Etats du Liptako-Gourma(ALG). C’était sous la présence du ministre des Mines, de l’Energie et de l’Eau, Lamine Seydou Traoré, président en exercice du conseil des ministres d’ALG, en compagnie de ses homologues du Niger, du Burkina Faso.

Le thème de la présente session portait sur « l’intégration sous-régionale dans un contexte de crise multidimensionnelle dans la région de Liptako-Gourma : quelles synergies d’actions pour faire face aux défis communs ? ».Là-dessus, des experts maliens, ceux du Niger et du Burkina ont longuement échangé. Le rendez-vous, tenu à l’hôtel Radisson Collection a été également marqué par la présence du ministre malien de l’Economie et des Finances, Alfousseini Sanou ; Mme Yacouba Bozari Hadizatou, ministre des Mines du Niger ; Mme Fatouma Bako Traoré, ministre déléguée auprès du ministre de l’Economie, des Finances et de la Prospective, Chargée du Budget du Burkina Faso, et de la secrétaire exécutive par intérim de l’Autorité intégré des Etats du Liptako-Gourma. Ainsi, les travaux de la 59ème session ont porté sur l’examen du rapport d’activités 2022 au 31 décembre ; l’examen du rapport sur l’exécution du budget 2022 au 31 décembre dernier ; l’examen et l’adoption du projet de programme d’activités 2023.A cela s’ajoutent l’examen et l’adoption du projet de budget-exercice 2023 ; l’examen de la proposition du nouvel organigramme et répartition des postes entre les Etats membres…A l’issue des travaux, le conseil des ministres annonce avoir adopté, suite aux échanges, le rapport d’activités du secrétariat exécutif au 31 décembre 2022 tel qu’amendé par les experts. Il instruit le secrétariat à faire ressortir, dans ledit rapport, les résultats par axe défini. Le conseil dit prendre acte du rapport d’exécution du budget du secrétariat exécutif au 31 décembre 2022 et demande aux Etats membres le paiement de leurs contributions à bonne date. Aussi, annonce-t-on, le conseil a adopté le programme d’activités annuelles 2023 du secrétariat exécutif. « Le conseil arrête le budget de l’autorité pour l’exercice 2023, équilibré en recettes et en dépenses à la somme de 10 908 441 219 F CFA, dont 813 300 737 F pour le budget de fonctionnement, d’équipement et d’investissement. Et 10 095 140 482 F CFA pour la tranche annuelle 2023 du programme triennal d’investissements », lit-on dans le document final. Ainsi, le conseil des ministres de l’autorité de développement intégré des Etats du Liptako-Gourma souligne vouloir fixer la contribution de chaque Etat membre à 184 075 184 F CFA. Il dit prendre acte du rapport du commissaire aux comptes sur l’exercice clos au 31 décembre 2021.Il a instruit, à la fin des travaux, le secrétariat exécutif de donner, dorénavant, des explications sur la mise en œuvre des recommandations issues du rapport du commissaire aux comptes sur le contrôle interne. Puis d’instruire le secrétariat exécutif à améliorer la présentation des documents, à tenir un tableau de bord pour la mise en œuvre exhaustive des instruments du conseil des ministres…Aussi, le conseil a adopté le nouvel organigramme amendé du secrétariat. Puis d’annoncer que la 60ème session ordinaire se tiendra au Burkina Faso au cours du quatrième trimestre 2023. Selon le président en exercice du conseil, la journée d’échanges a été fructueuse. « Grâce à la qualité de documents soumis à notre appréciation par le secrétariat exécutif de l’ALG et les experts des Etats membres, nous avons pu aboutir à des décisions importantes pour la vie de notre institution ».Le ministre Lamine Seydou Traoré poursuit en précisant que « le climat de franchise et de coopération mutuelle ayant caractérisé cette rencontre témoigne de notre attachement à la coopération sous régionale ».Une coopération sans laquelle, insiste le ministre malien des Mines, « nous ne serons pas en mesure de surmonter les épreuves que nous impose un contexte dominé par une crise sécuritaire, sanitaire et alimentaire ».Les zones de liptako-Gourma comportent le Mali, le Niger et le Burkina Faso confrontés à plusieurs problèmes. Le ministre malien estime que les trois pays doivent, plus que jamais, réaffirmer la solidarité entre eux en investissant davantage dans le dur combat, le sous-développement et l’insécurité dans l’espace commun. Quant au ministre Sanou Alfousseini de l’Economie et des Finances : « cet espace (liptako-gourma) commun entre le Burkina, le Mali et le Niger où vivaient les communautés en paix est devenu, depuis plus d’une décennie, l’épicentre de la crise multidimensionnelle ».D’où son appel à l’union pour vaincre le mal.

Mamadou Diarra

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Notice: ob_end_flush(): failed to send buffer of zlib output compression (0) in /home/lepaysml/public_html/wp-includes/functions.php on line 5420