A LA UNENATIONPOLITIQUE

Le renouveau citoyen : Socle de la construction d’un nouveau Mali !

Dans les circonstances actuelles du Mali où l’unité nationale est menacée, la cohésion sociale fortement ébranlée et les institutions républicaines remises en question, LE MOUVEMENT MALI HERE a initié une journée de réflexion, le 6 mars 2021, à l’hôtel Salam de Bamako. L’objectif était de discuter sur toute la problématique de l’Etat postcolonial, principalement les relations entre citoyens, l’émergence de la démocratie pluripartite, la démocratie, la gouvernance et les différentes crises que vit le Mali depuis 2O12. Cette réflexion a souligné le renouveau citoyen comme socle de la construction d’un autre Mali.

La recrudescence de crises multiformes depuis des années a créé un doute chez bon nombre de Maliens sur les avantages de cette démocratie durement acquise au prix du sang en 1991.

Contrairement à cette pensée négative sur la démocratie, la réflexion du MOUVEMENT MALI HERE a estimé que ce n’est pas la démocratie qui est en cause. « Jamais les Maliens ne supporteraient de revenir à la dictature » a-t-elle souligné en ajoutant que « nos Etats, hérités des administrations coloniales, n’ont pas su conquérir le cœur de nos concitoyens ».

Cela est plutôt dû à « la fiabilité de nos institutions et le manque de confiance, une gouvernance prédatrice, des pratiques politiques et électorales déplorables… », selon ce mouvement.

D’ailleurs, c’est cette perte de confiance, de crédibilité des institutions et des politiques qui a inspiré cette réflexion, selon les initiateurs, pour pouvoir « inventer par nous-mêmes, des fonctionnements institutionnels qui s’accordent à notre civilisation et imposent le respect ».

Pour refaire cette image, selon le MOUVEMENT MALI HERE, il faut « le renouveau citoyen », c’est-à-dire, replacer le citoyen au cœur de l’action publique ainsi que son engagement et son implication dès le départ dans les grandes questions. Selon lui, c’est le citoyen qui fait la force et la vitalité de la démocratie, une essence qui a manqué dans le processus de démocratisation du Mali. « On avait la démocratie et la République, mais le citoyen n’était pas au rendez-vous », a indiqué l’ancien premier ministre Modibo Sidibé. Selon lui, tant que les citoyens restent partie prenante de ce qui se dessine, des « constructions institutionnelles…endogènes » dans lesquelles, ils se reconnaissent, selon lui, et auront le sentiment d’appartenir véritablement à cet ensemble qui est la nation.

Conscient de cette situation, le mouvement Mali HERE a souligné une modification radicale de la pratique des partis et du personnel politique qui, selon lui, a une responsabilité forte dans la rupture de confiance entre les citoyens et la classe politique.

« Disons-le franchement, les partis politiques sont aujourd’hui davantage mobilisés autour des personnalités qui les dirigent qu’autour d’idéaux et de programmes pour le pays » a-t-il souligné en ajoutant que « la recherche des bons postes y tient une place démesurée ».

C’est cette passion pour le pouvoir qui explique en grande partie, selon lui, la multiplication des partis, la transhumance de politiciens en fonction de leur intérêt, la trahison des engagements, les manipulations électorales et les manigances de toute nature.

Comme solution, le mouvement a rappelé la responsabilité de tous pour redresser cette vision de la politique au Mali. « Tous, ensemble, nous avons une obligation, une exigence, un devoir d’imagination » a-t-il souligné.

Comme pistes de solutions , il a cité entre autres l’élargissement la base décisionnelle au-delà des limites institutionnelles actuelles par des assemblées citoyennes, réunions citoyennes ; le tirage au sort, les candidatures anonymes, les plateformes de décisions, les partis citoyens, la république numérique (les lanceurs d’alerte, la démocratie directe digitale, mobilisation politique, etc.) ; penser à des formes non électorales de la représentation ; la mise en place d’un service civique et citoyen des jeunes ; la transformation des médias pour en faire de véritables outils de la construction de consciences libres et affirmées à une dynamique citoyenne forte et durable ; la réintroduction de l’honneur, la dignité, la responsabilité et l’imputabilité au cœur de l’offre politique et de la chose publique, afin qu’elle regagne ses lettres de noblesses et redevienne un SERVICE aux autres.

Il a aussi cité la nécessité de tenir des Assises Nationales de la Refondation avec au fond le renouveau de la démocratie, le renouveau politique, le renouveau citoyen et le renouveau de la gouvernance.

Issa Djiguiba

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Notice: ob_end_flush(): failed to send buffer of zlib output compression (0) in /home/lepaysml/public_html/wp-includes/functions.php on line 5420