SANTE

Journée de don de sang : Baobab de plain-pied dans le syndicalisme de développement

En marge du mois de la solidarité et de la lutte contre l’exclusion, le comité syndical de  Baobab -Mali a organisé une journée de don de sang, hier lundi 10 octobre 2022, au siège de l’établissement, à Hamdallaye ACI 2000. Entrant dans  le cadre du syndicalisme de développement, le comité syndical du Baobab veut prouver à l’opinion publique que le syndicalisme ne se résume pas aux revendications.

Après la plantation de cent quatre (104) pieds d’arbre à la  mairie de Sibiribougou en juillet dernier, le comité syndical de l’établissement bancaire Baobab a organisé, hier lundi 10 octobre 2022, une journée de don de sang en faveur des  nécessiteux.  Entrant le cadre de la célébration du mois d’octobre, mois de la solidarité et de la lutte contre l’exclusion, le comité syndical compte désormais respecter cette  tradition.  A la même période, l’année dernière, le personnel de Baobab, à travers le même comité syndical, avait mobilisé près de cent (100)  poches de sang. Un objectif qu’il compte doubler cette année avec  plus de deux cents  (200) poches de sang.

Selon le Directeur général de Baobab Mali, M. Mor Talla Diop Tine, c’est un sentiment de fierté de voir son personnel adopter une  telle action  qui vise à sauver  des vies. Pour lui, les activités financières de la banque ne doivent pas occulter ses responsabilités sociétales  et environnementales. C’est pourquoi d’ailleurs, selon lui, la direction générale de Baobab Mali soutient et accompagne toujours toutes les activités de son personnel à l’endroit de la population. Une occasion qu’il mettra à profit pour rappeler le rôle de la direction générale qui n’est autre que la sauvegarde des intérêts et l’épanouissement du personnel et des collaborateurs.

Au-delà de l’importance du don de sang, Aly N. Ag Mohamed Haïdara, secrétaire général du comité syndical de Baobab, dira que l’objectif de cette activité est de donner une autre image du syndicalisme qui ne soit pas uniquement les revendications et les récurrentes grèves.  Donc, à  travers ces activités  sociales, le comité syndical de Baobab entend prouver non seulement que les actions syndicales ne se résument pas aux revendications (amélioration des conditions de vie et de travail du personnel), mais parallèlement,  que la mission des établissements financiers en général et Baobab en particulier  ne se limite pas à la comptabilité. « Aujourd’hui, nous avons envie qu’on puisse donner une autre image au syndicalisme qui n’est pas seulement les activités va-t-en-guerre, des gens qui sont indexés dans l’entreprise pour ne créer que du désordre », a-t-il mentionné, tout en rappelant que la mission fondamentale du syndicalisme c’est la protection et la préservation des emplois. Une mission qui ne peut nullement être  atteinte sans veiller sur la pérennité de l’entreprise. En effet,  le syndicat et la direction de Baobab semblent déjà  unanimes sur ce point ; d’où la parfaite symbiose qui existe dans leur  collaboration. « Le premier rôle du syndicat c’est la préservation des emplois. Qui parle de la préservation des emplois parle de la pérennité  des entreprises. Donc, on ne peut pas préserver des emplois dans une entreprise qui n’existe pas. C’est pourquoi on s’est dit qu’il faut  se donner la main avec la direction générale pour l’intérêt  de l’entreprise et de  tout le personnel », a-t-il indiqué, tout en ajoutant que  depuis que le directeur a compris cela,  son bureau est ouvert à tous.

Chargée d’affaires au Cofina-Mali, Mariam Diarra était toute  heureuse  d’avoir participé à cette activité de don de sang. « Après avoir donné mon sang, je suis satisfaite. Parce que je me dis que si je donne mon sang, je peux sauver une vie », a-t-elle indiqué.  En fait, Mariam n’a pas du tout tort. En donnant son sang, on peut bel et bien  sauver des vies, et il faut se rendre aux différentes banques de sang de la capitale pour s’en rendre compte.

Au-delà de son objectif social, cette action aura également des répercussions positives sur l’établissement financier.  Pour Hassan Djibril M’bodj, responsable administratif et financier de Baobab-Mali,  estime que c’est une bonne chose et un  grand pas pour Baobab de soutenir  cette initiative. Selon lui, les bailleurs de Baobab à l’international ont aussi  un intérêt pour l’aspect social.

Issa Djiguiba

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Notice: ob_end_flush(): failed to send buffer of zlib output compression (0) in /home/lepaysml/public_html/wp-includes/functions.php on line 5420