MEDIASSANTE

Éradication de la dracunculose au Mali : l’état des lieux présenté au cours d’une revue annuelle

Le jeudi 09 janvier 2023, s’est tenue à l’hôtel Salam, la cérémonie d’ouverture de l’atelier de la revue annuelle des activités du programme national d’éradication du ver de guinée. Cette cérémonie était présidée par le représentant du ministre de la santé et du développement social M. Souleymane Traoré.

En effet, l’objectif de cet atelier était d’évaluer la situation de notre pays dans le contexte d’éradication du ver de Guinée. Spécifiquement, il s’agissait de Faire l’état de la mise en œuvre des recommandations antérieures, analyser l’évolution de la maladie région par région au cours des cinq dernières années, analyser la mise en œuvre des activités de pré certification dans les régions libérées, identifier les points forts et les insuffisances de la mise en œuvre du Programme, identifier  le défi de la communication dans la mise en œuvre des activités d’éradication, faire une communication sur l’expérience d’attachement proactif  des chiens et en fin, faire des recommandations en vue de corriger les insuffisances constatées pour l’année 2023.

A l’entame de ces propos, le représentant de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), Dr Itama Christian, a rappelé que l’éradication du ver de Guinée demeure une priorité dans le 13e  Programme général de Travail 2019-2023 de l’OMS, notamment, à travers sa composante du 1ermilliard, dont l’objectif est d’améliorer la santé d’un milliard de personnes supplémentaires d’ici 2023.

« La transmission des infestations animales de ver de Guinée devient préoccupante d’année en année, le Mali n’y fait pas exception avec 41 cas d’infestations animales notifiées en 2022 » souligne le présentant de l’OMS au Mali. Il  ajoute qu’au cours de la lutte contre cette maladie qui n’a pas totalement été éradiqué, des résultats tangibles ont été obtenus comme le stipulent les données du 31 décembre 2022. Ces données indiquent en effet, selon lui,  que sur un chiffre estimé de 3.500.000 cas humains en 1986, seulement 14 cas ont été rapportés ;

Sur 23 735 villages endémiques en 1993, il n’en reste plus que 12 ; sur 21 pays endémiques en 1986, il n’en reste plus que 5 dont le Mali et afin sur 194 pays membres de la Région Africaine, l’OMS en a certifié 187 comme étant indemnes de toute transmission du ver de Guinée et 2 pays en voie de pré certification.

Face à ces différents résultats, le représentant de l’OMS, Dr Itama a félicité et salué tous les acteurs engagés dans l’amélioration de la santé des maliens, plus particulièrement ceux investis dans l’éradication du ver de Guinée.

Tout en remerciant les partenaires techniques et financiers pour leur aide constant, le représentant de l’OMS au Mali, Dr Christian rassure que leur engagement au côté du ministère de la santé ne fera pas défaut.

Pour sa part, le représentant du ministre de la santé et du développement social, M. Souleymane Traoré a mis l’accent sur la volonté politique du Mali à l’instar des autres pays d’éradication du ver de Guinée tant prônée  par l’Organisation Mondiale de la Santé en 1986

«L’éradication de cette maladie a commencé en 1991, et a enregistré des progrès très appréciable même si le Mali fait partie des 05 pays au monde n’ayant pas pu vaincre totalement cette maladie » relate le secrétaire général adjoint du ministère de la santé et du développement social.

Pour M. Souleymane Traoré, cet atelier est un cadre parfait pour analyser les efforts et proposer des solutions innovantes pour interrompre la transmission humaine et animale du ver de Guinée d’ici 2026 et par ricochet obtenir le certificat d’éradication mondiale d’ici 2030.

En outre, le secrétaire général du ministère du développement social a renouvelé l’engagement du Mali pour l’éradication de cette maladie invalidante. Il a rassuré que son département va s’investir dans la mesure  de ses moyens pour arriver à l’arrêt effectif de la transmission de la maladie dans un futur très proche.

Notons que le ministère de la Santé travaille en étroite collaboration avec le centre Jimmy carter, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et UNICEF dans le cadre de la lutte contre la maladie de la dracunculose.

Tioumbè Adeline Tolofoudié

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Notice: ob_end_flush(): failed to send buffer of zlib output compression (0) in /home/lepaysml/public_html/wp-includes/functions.php on line 5373