MEDIASSOCIETE

Dr. Mamadou Diakité, DGA de l’INPS : « Au moins 1.500 accidents de travail déclarés à l’INPS entre 2020 et 2022, dont 1029 sur des Accidents de Trajets »

En prélude de la 27ème journée africaine de la prévention des risques professionnels (JAPRP) et de la 21ème édition de la Journée Mondiale de la santé et de la Sécurité au travail (JMSST), l’Institut national de prévoyance sociale (INPS) a animé un point de presse, hier, pour informer l’opinion sur les enjeux de ces événements qui se tiendront demain au CICB. C’était au Centre de Formation de l’INPS en présence de plusieurs agents de la structure.

Le point de presse de lancement de la 27ème journée africaine de la prévention des risques professionnels et de la 21ème édition de la Journée Mondiale de la Santé et de la Sécurité au Travail a été animé par le Directeur Général Adjoint de l’Institut national de prévoyance sociale (INPS), Dr. Mamadou Diakité en présence de la marraine des journées, Cissé Aissata Sissoko.

L’édition 2023 est placée sous le thème : « La sécurité et santé au travail à l’épreuve de la sécurité routière : quelle synergie d’action entre les acteurs publics et privés », et un sous-thème : « Impacts socio-économiques et prévention des accidents liés aux déplacements routiers : obligations et rôle de l’employeur ».

D’entrée de jeu, le Directeur Général Adjoint de l’INPS, Dr. Mamadou Diakité a rappelé que « chaque année, les JAPRP nous donnent l’opportunité de réfléchir sur les défis actuels et futurs auxquels font face nos entreprises et nos économies en matière de prévention et de gestion des risques et maladies professionnels ».

Selon M. Diakité, à l’échelle mondiale, les statistiques sur les accidents du travail, produites par l’Organisation Internationale du Travail (OIT) révèlent que près d’un accident du travail mortel sur cinq (18%) a lieu en Afrique pendant que le continent ne représente que 2% des emplois dans le monde contre 15% pour l’Europe qui enregistre moins de 8% du total des accidents. « En outre, la probabilité d’être victime d’un risque professionnel en Afrique demeure 3 à 5 fois supérieure qu’en Europe », souligne-t-il.

Pour lui, ce constat n’est représentatif que de la sinistralité au travail des entreprises, ces chiffres ne reflètent aucunement l’ampleur du désastre, car une majeure partie des travailleurs victimes à savoir ceux de l’économie informelle ne sont pas pris en compte par ces statistiques, souligne-t-il.

Il convient de signaler que cette année, le choix est porté sur le secteur des transports. De ce fait, le DGA de l’INPS a donné les statistiques officielles rapportées par le ministère en charge des Transports qui indique que ces trois (3) dernières années, 8 000 accidents sont enregistrés tous les ans au Mali, parmi lesquels on note, au moins 1.000 décès. Les causes les plus fréquemment identifiées, souligne-t-il, sont liées au comportement humain (excès de vitesse, inexpérience, état d’ébriété, mauvais dépassement), ainsi qu’à l’état des véhicules, de la route et parfois les conditions climatiques.

S’agissant de la Sécurité et la Santé au Travail (SST), Dr. Mamadou Diakité a aussi signifié que « le transport routier demeure non seulement un secteur stratégique de développement économique, mais aussi l’un des secteurs les plus préoccupants dans le sens où celui-ci regorge d’énormes défis (i) de protection des travailleurs de ce secteur d’activités ou ceux sur leurs trajets professionnels (ii) de protection de l’environnement dans les cas des transports des matières dangereuses ».

Se référant aux données de l’INPS, Dr. Diakité a estimé que sur 1.500 accidents de travail déclarés à la structure entre 2020 et 2022, environ 1029 sont des Accidents de Trajets soit 70% et 15 décès enregistrés. « Vingt (20) pourcent de ces AT ont occasionnés un arrêt de travail de plus de 15 jours et une prise en charge de plus un milliard cinq cents (1 500 000 000) francs CFA à titre de réparation ». Aussi, compte tenu du faible taux de déclaration des accidents et des maladies professionnelles, « ces chiffres demeurent assez préoccupants et appellent de la part des différents acteurs, une prise de conscience soutenue pour infléchir cette courbe » déclare-t-il avant d’affirmer : « ces statistiques, loin d’être un cas particulier ni pour l’Institut National de Prévoyance Sociale, ni pour le Mali, sont une réalité partagée en Afrique, avec des conséquences indéniables qui plombent nos économies ».

En outre, Dr. Diakité a aussi indiqué que le choix porté cette année sur le secteur des transports routiers par l’Interafricaine de Prévention des Risques Professionnels (IAPRP) permettra, selon lui, aux acteurs de réfléchir sur les défis de santé et sécurité encourus par les travailleurs de ce secteur, leurs impacts socio-économiques, les solutions pour leur atténuation, les obligations des employeurs du secteur qui font également appel aux responsabilités des travailleurs, sans oublier l’exploration des partenariats publics-privés possibles…

Notons les activités de la 27ème journée africaine de la prévention des risques professionnels et de la 21ème édition de la Journée Mondiale de la Santé et de la Sécurité au Travail se dérouleront, demain, vendredi 28 avril 2023, au Centre International de Conférences de Bamako (CICB).

Ibrahim Djitteye

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Notice: ob_end_flush(): failed to send buffer of zlib output compression (0) in /home/lepaysml/public_html/wp-includes/functions.php on line 5420