MONDEPOLITIQUE

Conseil de sécurité de l’ONU : Le Mali et le Burkina-Faso réitèrent leur soutien aux Nigériens

En plus d’une visite et d’un communiqué conjoint de soutien aux militaires auteurs du coup d’Etat nigérien, le Mali et le Burkina réaffirment leur position aux membres du conseil de sécurité de l’ONU.

« Le 26 juillet 2023, le peuple du Niger a décidé, en toute responsabilité et de manière pacifique, sans aucune effusion de sang de prendre son destin en main et d’assumer devant l’histoire sa souveraineté », lit-on dans une déclaration conjointe des pays voisins. Malgré l’adhésion de la population, la communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO), en désaccord avec les autorités du Niger, décident de prendre certaines mesures coercitives et unilatérales contre le pays, déplorent le Mali et le Burkina Faso. Aux membres du Conseil, le Mali et le Burkina estiment que le motif de cette « agression déguisée » en intervention militaire cache mal « les agendas des puissances étrangères, prêtes à aggraver une situation sécuritaire ». De ce fait, faut-il le rappeler, d’un précédent similaire en 2011 qui a causé l’effondrement de l’Etat libyen, voire la déstabilisation de la région du sahel. A cette date, rappellent le Mali et le Burkina, les responsabilités n’ont toujours pas été assumées, alors que les Etats du sahel continuent d’en subir les conséquences, notamment le terrorisme et la circulation des armes dans la région. Par le communiqué conjoint n 001 en date du 31 juillet 2023, les gouvernements du Burkina-Faso et de la république du Mali annoncent avoir mis en garde par rapport aux conséquences de l’instabilité de la sous-région via une éventuelle intervention militaire contre le Niger. En tant qu’Etats voisins concernés par la situation d’un pays frère, le Mali et le Burkina réitèrent leur ferme condamnation au sujet de toute intervention militaire de la CEDEAO, ou autre force internationale. Laquelle violerait non seulement la souveraineté du Niger, mais conduirait aussi à la dislocation de la CEDEAO. Les gouvernements de transition du Burkina-Faso et de la République du Mali appellent à la responsabilité principale du conseil de sécurité, garant de la paix et de la sécurité internationale pour, disent-ils, empêcher par tous les moyens une action armée contre un état souverain dont l’ampleur des conséquences serait imprévisible. Via le document, le Burkina- Faso et le Mali disent compter sur la sagesse du conseil de sécurité pour éviter la dégradation de la situation sécuritaire avec la multiplication et la propagation des groupes terroristes. « Le Mali et le Burkina montrent leur attachement à la recherche de solutions par des voies exclusives de la diplomatie et de la négociation, seules à même de garantir la paix et la stabilité du Niger et de la région ».

Fatoumata Tall, stagiaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Notice: ob_end_flush(): failed to send buffer of zlib output compression (0) in /home/lepaysml/public_html/wp-includes/functions.php on line 5420