CMAS de Mahmoud Dicko : La nouvelle orientation du mouvement

Les membres de la coordination des mouvements, associations et sympathisants de Mahmoud Dicko (CMAS) ont tenu, samedi 27 février 2021, au foyer des jeunes de Quinzambougou, leur assemblée générale. Avec à leur tête Youssouf Daba Diawara, les militants ont approuvé six (6) axes à respecter dorénavant.

Cette assemblée générale avait pour but d’informer l’opinion nationale et internationale sur les nouvelles stratégies et orientations du mouvement, expliquait le coordinateur intérimaire. « Merci à toutes et à tous pour la confiance placée en ma personne, mais je demande toujours votre soutien et accompagnement afin que je mène à bien cette mission qui m’est assignée », ajoute Youssouf Daba Diawara qui ne cessait de dire : « C’est une assemblée générale d’information. Nous vous avons appelé aujourd’hui pour que nous puissions parler de la CMAS et de l’avenir du mouvement. C’est pour mettre les choses sur la bonne voie ».

Ainsi, pour l’atteinte des objectifs ciblés, les militants ont convenu de prioriser, au total, six (6) axes majeurs qui feront désormais l’objet d’application partout où le mouvement se trouve. Selon le coordinateur Diawara, le premier (1) axe vise à trouver une solution immédiate et définitive à la crise que traverse la CMAS de l’imam Mahmoud Dicko. Quant au deuxième point (axe), poursuivait Youssouf Daba Diawara, il consiste à continuer la mise en place des cellules et représentations de la CMAS sur toute l’étendue du territoire à travers la mise en place d’un cadre de partenariat avec les clubs et associations qui défendent la cause de Mahmoud Dicko, non moins parrain de la CMAS. Le troisième axe porte, selon lui, sur la rédaction d’un cadre de bonne conduite au sein du mouvement. Et le nouveau chef d’annoncer que le quatrième axe vise la mise en place d’une commission de suivi des dossiers des victimes des 10.11 et 12 juillet 2020 auprès des autorités judiciaires. C’est à dire, plaider pour la cause des 23 personnes tuées par balles lors de la manifestation des dates ci-dessus mentionnées.

De concert, les participants de cette assemblée générale ont, au titre du cinquième point, pris l’engagement de faire un plaidoyer auprès des autorités transitoires pour la baisse du prix des denrées de première nécessité avant, pendant, et après le mois béni de ramadan. « L’organisation d’une campagne de vulgarisation du manifeste du Cheick imam Mahmoud Dicko est le sixième point de cette assemblée générale », souligne le coordinateur Diawara. D’après lui, les membres du mouvement seront bientôt dans les différentes localités du pays pour édifier les gens sur ce que c’est que La CMAS, sa vision, et ses nouvelles orientations. « Le nouveau code que nous allons élaborer parlera essentiellement des conduites à tenir par les membres de la CMAS. Outre cela, nous comptons faire des sensibilisations sur le manifeste de l’imam pour que les gens comprennent de quoi il s’agit exactement », énonce Youssouf Daba Diawara.

Justifiant la « bravoure et la droiture » de l’imam Dicko, Kalil Sarmoye Cissé, représentant des présidents de CMAS de Bamako, a rappelé ceci au public : « Au moment où l’imam disait à tout le monde qu’il préfère mourir martyr que de mourir traitre tout le monde ne pouvait pas tenir ces propos ». Aujourd’hui, dit-il, des débats portant sur la laïcité se font de plus en plus sur les antennes radiophoniques. Tout cela, ajoute M. Cissé, pour décourager les leaders religieux entrés dans la politique par le fait que les politicards n’inspirent plus aucune confiance quant à la population. En clair, cet intervenant annonce « qu’ils n’accepteront pas que le respect soit manqué à l’égard de l’imam Dicko ». Mais appelons les choses par leur nom, ce sont des gens qui étaient avec IBK, voire ceux qui étaient avec imam uniquement pour avoir des postes ou places dans le gouvernement qui se sont ainsi donné la main pour tenter de combattre Mahmoud Dicko. Cela ne se passera pas en notre présence, clarifie Kalil S.Cissé.

Venu représenter le bureau CMAS de Ségou, Souleymane Maiga estime que « la CMAS est une école de foi et de dignité. Une nouvelle école politique où on apprend une nouvelle approche politique ».

Mamadou Diarra

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :