A LA UNENATIONPOLITIQUE

Avant-projet de constitution du Mali : Les trois recommandations de l’Arema et de la Forsat-civile

Au nombre de plus de 200 personnes, des participants venus des six communes de Bamako et des régions du pays ont pris part, ce samedi 29 octobre au CICB, à une journée de formation sur l’avant-projet de nouvelle, organisée par l’Alliance pour la Refondation du Mali (Arema) et la Fédération des organisations et regroupements de soutien aux actions de la transition (Forsat-civile).

Enfin, les militants et partisans de Mme Aïche Baba Keïta, présidente de la Forsat-civile, et ceux de l’honorable Mohamed Ousmane Ag Mohamedoun Haïdara, président de l’Arema, se sont exprimés sur l’avant-projet de constitution. C’était en présence de plusieurs invités dont des membres du CNT, des représentants des partis politiques. Dans son discours d’ouverture, le président de l’Arema, en l’occurrence M. Haïdara, a souligné que « cet atelier est d’une importance capitale pour notre pays ». De cet avant-projet, le colonel Assimi Goïta, président de la transition, a voulu traduire « en acte concret » la volonté de la majorité écrasante des Maliens d’aller carrément et totalement vers une nouvelle constitution du Mali, estime l’honorable Mohamed Ousmane. Du début de l’élaboration de cet avant-projet de constitution à sa phase finale, il y a eu, pour lui, d’énormes sacrifices des Maliens pour l’aboutissement du changement attendu. « Nous avons peur de marquer le pas vers le changement. Et pourtant, admet le président, il faut ce changement pour que le Mali soit ce que veulent les Maliens…». Puis d’ajouter : « C’est cet appel à ce changement que je lance aux uns et aux autres pour qu’on puisse rompre avec les mauvaises habitudes, et avec les anciens textes qui nous ont été imposés. Ce ne sont pas nos textes ». L’objet de cette nouvelle constitution est de bâtir un Mali nouveau. Aux participants, a indiqué: « Donnez vos contributions et vos suggestions sans tabou. Ce n’est un procès de personne. L’objectif ultime, c’est de faire une nouvelle constitution dans laquelle le Mali assumera pleinement sa souveraineté ». L’avant-projet de constitution contient 195 articles repartis en XIV titres et IV chapitres. Qu’il s’agisse du 1er titre consacré aux droits et devoirs des Maliens, passant par le 2ème titre consacré à l’Etat et à la souveraineté, voire le 3ème titre qui a trait au pouvoir exécutif…, les experts du jour ont largement donné des explications aux participants.

A l’issue des débats, les participants ont formulé trois (3) recommandations essentielles : le renforcement des prérogatives du président de la République du Mali ; l’augmentation de la taille du gouvernement selon les missions à lui assignées, et la restauration de la motion de censure en ce qui concerne le gouvernement. En tant que présidente de la Forsat-civile, Mme Aiché Keïta dira qu’ « au regard de la qualité des débats et de l’intérêt manifeste des participants, nous pouvons, avec fierté, conclure que nous avons atteint les objectifs. Parce que nous nous étions fixés comme objectif de nous approprier l’avant-projet de la nouvelle constitution, voire de chercher à comprendre les tenants et les aboutissants pour pouvoir sensibiliser les Maliens à travers des leaders formés. Lesquels sont aptes à participer aux débats sur l’avant-projet de la constitution ». Pour elle, le document de l’avant-projet suscite tant de discussions qu’il y a des divergences d’opinions. D’où la tenue de la rencontre pour soutenir les nouvelles autorités via la formation des participants.

Mamadou Diarra

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Notice: ob_end_flush(): failed to send buffer of zlib output compression (0) in /home/lepaysml/public_html/wp-includes/functions.php on line 5420