MEDIASMONDE

Afrique : La liberté de la presse reste à désirer

Le quotidien de la presse africaine se résume entre autres sur la censure, la répression, voire les sanctions, l’enlèvement et l’empressement des journalistes dans de nombreux pays. En effet, l’Afrique a un sérieux problème avec cette liberté tant enviée. Elle est de plus en plus menacée sur le continent.

Le constat est alarmant en Afrique, voire inquiétant. Les journalistes de certains pays du continent sont confrontés à des intimidations et même des agressions dans l’exercice de leur fonction. Une pratique « barbare » qui met en cause la liberté de la presse sous toute sa forme. Le métier du journalisme est pris pour cible, surtout par les autorités qui sont censées être les protecteurs et garants des libertés de presse, d’opinion et d’expression absolue dans nos pays.

Mais hélas, elles sont affichées (les autorités) comme l’ennemi N°1 de la presse considérée comme le 4ème pouvoir, après l’exécutif, le législatif ainsi que le pouvoir judiciaire.

Dans nombre des pays du continent africain, les journalistes font face à des énormes risques qui mettent en danger leur vie. Ils sont aussi souvent empêchés de mieux faire leur travail qui consiste à informer les populations.

Le Reporters sans frontières (RSF) estime que l’Afrique est l’avant dernier territoire en termes de garantie de la liberté de la presse. C’est ce que révèle le dernier rapport de Reporters Sans Frontières (RSF) sur la liberté de la presse dans le monde. Selon le découpage fait par l’ONG, il n’y a que la zone Maghreb-Moyen-Orient qui affiche de plus mauvais résultats que l’Afrique. Sur le continent, 14,58 % du territoire affiche une situation « plutôt bonne » en matière de liberté de la presse. 47,92% du continent affiche une situation « problématique », tandis que 33,33% affiche une situation « difficile ». Enfin, 4,17% de l’Afrique affiche une situation « très grave », en matière de liberté de la presse selon RSF.

La situation est inégale. Tandis que la Côte d’Ivoire fait un bond impressionnant en passant de la 66e à la 37e place sur 180, le Mali, lui, continue de s’enfoncer dans le classement. “Dans le Sahel, l’insécurité et l’instabilité politique ont fortement progressé et le journalisme y est, ces derniers temps, attaqué de manière spectaculaire. En 2021, deux journalistes espagnols ont été tués au Burkina Faso (41e), le reporter français Olivier Dubois  a été enlevé par un groupe armé au Mali (111e) et plusieurs journalistes ont été expulsés du Bénin (121e), du Mali ou du Burkina Faso”, analyse l’organisation.

Ibrahim Djitteye

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Notice: ob_end_flush(): failed to send buffer of zlib output compression (0) in /home/lepaysml/public_html/wp-includes/functions.php on line 5420